Trop beau pour être vrai? Votre mutuelle vous rembourse vos préservatifs

Trop beau pour être vrai ? Votre mutuelle vous rembourse vos préservatifs
Trop beau pour être vrai ? Votre mutuelle vous rembourse vos préservatifs - © Tous droits réservés

Le saviez-vous? Depuis l'an dernier, vous pouvez vous faire rembourser vos préservatifs par votre mutuelle. Enfin pas tous vos préservatifs, il y a un montant maximum par an. Et pas par toutes les mutuelles, certaines ne remboursent rien, et celles qui le remboursent ne sont pas forcément celles auxquelles on pense.

9 Belges sur 10 l'ignorent

Il faut dire que cette mesure ne date que de 2017. Et que seules deux mutuelles le font : la mutualité chrétienne et Solidaris, la mutualité socialiste. A la mutualité chrétienne, c'est 40 euros par an et par personne, quel que soit le type de contraceptif. Il suffit d'aller sur leur site et de de télécharger une photo du ticket de caisse. Peu importe que vous ayez acheté votre contraception en grande surface, pharmacie ou station-service. Vous appuyez sur "envoyez", et le tour est joué!

Pour dix euros de plus

Chez Solidaris, c'est 50 euros par an. Mais, subtilité : seuls les préservatifs achetés en pharmacie sont remboursés. Question au responsable de la communication de la mutuelle : pourquoi cette différence?

"Nous avons voulu initier cet avantage en partenariat avec nos partenaires dans le secteur de la santé, donc les pharmacies. Nous savons que nous devons évoluer et que nous devons aller vers des remboursements étendus et des preuves d’achat différentes, notamment les tickets des grandes surfaces."

Une demande difficile à satisfaire

Thierry Martin dirige la plate-forme prévention SIDA. Chaque année, il distribue gratuitement entre 800 et 900 000 préservatifs. A des centres de planning familial et des maison de jeunes, mais aussi à des particuliers.

"Une centaine de personnes nous demande environ chaque semaine des préservatifs. Parfois, elles en demandent plusieurs fois sur l’année, et c’est difficile de les satisfaire. D’où l’importance de développer à côté de la distribution d’autres stratégies pour diminuer au maximum le prix des préservatifs".

Des stratégies comme le remboursement par les mutuelles. Même s'il n'y pas de limite d'âge, cet avantage vise surtout les jeunes. Mais, s'ils sont encore sur la mutuelle de leurs parents, ce sont les parents qui vont être remboursés? Pas forcément!

Comme l'explique Vincent Deroux, de la Mutualité chrétienne

"Nous avons décidé de rembourser les personnes à charge de leurs parents qui peuvent être remboursées directement sur leur compte en nous communiquant l’IBAN, leur nom et leur prénom et leur numéro national. De telle façon que les parents ne soient pas au courant."

Ni âge minimum, ni âge maximum

Bruno Deblander, de Solidaris, l'explique :

- Je rappelle que le préservatif masculin n’est pas seulement utile dans le cadre de la contraception, mais que c’est aussi un moyen de lutter contre les infections sexuellement transmissibles, et ces maladies ne visent pas qu’un un public jeune. Elles visent aussi un public plus âgé et nous avons d'ailleurs entamé et poursuivi une campagne de sensibilisation en la matière...
- Quoi? Dans les senioreries?
- Pas tout à fait fans les senioreries, mais à destination d’un public âgé "

48 préservatifs, est-ce assez?

La mutualité chrétienne rembourse 40 euros par an. Vincent Deroux, ça représente combien de préservatifs?

- Environ 48 préservatifs.
- Ce n'est pas trop peu pour une personne sexuellement active?
- Ca correspond à la moyenne annuelle pour une personne. Mais s’ils sont en couple, ils doublent le total de préservatifs remboursés. Et 96 préservatifs par an, ça correspond à peu près à un tous les trois jours.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK