Testing à l'aveugle de champagnes à bas prix : le goût n'y est pas toujours

Cinq grandes chaînes de magasins se sont affrontées par l’intermédiaire de leur boisson phare des fêtes de fin d’année, le champagne. Résultat mitigé : il y a du bon, mais aussi du très décevant.

Un jury d’experts de haut vol

Pour départager les champagnes à petit prix des cinq principales chaînes de grandes surfaces belges, nous avons réuni de grands experts : Maxime Sanzot, finaliste du concours Premier Sommelier de Belgique 2020, Olivier Vandeleene, caviste et importateur de vins, Anouck Fransolet, ex-sommelière du restaurant doublement étoilé L’Eau Vive et Olivier Rotiers, champion d’Europe de dégustation et champion du monde de dégustation en équipe. Un champion du monde de dégustation, vous avez bien entendu. Notre jury se devait d’être à la hauteur des grands distributeurs qui vont s’affronter. Leur première arme pour attirer le client pour les fêtes : les champagnes à un prix extrêmement bas. Quatre des cinq champagnes testés sont à moins de 10 euros, à 9,99 euros, exactement. C’est du rarement vu. Mais pour ce prix-là, quelle qualité peut-on espérer avoir dans notre verre ? C’est ce que nous avons voulu savoir.

Aldi, du champagne, vraiment ?

Pour ne pas influencer nos quatre experts, nous leur faisons déguster les cinq champagnes à l’aveugle. Ils ignorent bien entendu aussi leurs lieux d’achat et surtout leurs prix. Après tirage au sort, c’est la bouteille vendue à 9,99 euros chez Aldi, le champagne brut Veuve Durand, qui ouvre le bal. Au nez, Olivier Rotiers se montre déjà très sceptique : "C’est vraiment peu aromatique. Je veux dire : quelqu’un qui a le coronavirus et qui n’a pas de nez, ce n’est pas grave. Il aura des bulles. Il ne perd pas grand-chose." plaisante Le champion du monde de dégustation. Anouck Fansolet, la sommelière abonde dans le même sens : "Moi, on me parle de champagne, ça ne répond pas à l’attente que j’ai, d'avoir un champagne dans mon verre. Non !" Olivier Vandeleene, le caviste qui nous accueille pour cette dégustation et participe au testing développe un peu plus : "C’est une bulle qui est un peu trop abondante, grossière. Ce n’est pas élégant. Ça n’a pas la finesse d’un grand champagne." Olivier Rotiers conclut : "Peu expressif, peu de magie. On a quelque chose d’effervescent, un peu passe-partout, mais peut-être trop passe-partout. Ça manque clairement de personnalité." Cette dégustation commence fort. La moyenne des quatre notes de notre jury ne dépasse pas la moyenne : 4/10.

Carrefour, tout juste

Passons au champagne vendu à 9,99 euros chez Carrefour, le brut Marquis de Marmontel. Alors, fera-t-il mieux que celui de chez Aldi ? Mérite-t-il lui son appellation "champagne" ? Olivier Rotiers lance un premier avis : "On a un vin, je vais dire ici, frais, élégant. Une bulle qui est relativement fine. Un peu passe-partout, mais propre. Tout à fait correct." Anouck Fransolet enchaîne : "Ça répond pleinement à la demande. On n’a pas une longueur extrême mais on a un produit qui est propre, qui est vif." Olivier Vandeleene confirme : "C’est un champagne correct. Une bulle assez élégante, une jolie robe. Ça doit sans doute être fait avec quelques vieux vins. Je dirais champagne correct." Correct mais note moyenne toujours très basse : 5/10.

3 images
Champagne © Getty Images

Colruyt, manque de caractère

Le suivant est au même prix incroyable de 9,99 euros. Il nous est proposé par Colruyt. C’est le brut comtesse de Gramont. On se dit que pour ce prix-là, il ne doit pas être terrible, mais peut-être que l’on se trompe. Qu’en pensent nos experts ? Olivier Rotiers en premier : "De nouveau, il n’y a pas d’effet "terroir". Non ! Aucune minéralité ! Dans aucun pour moi !" Anouck Fransolet réplique : "Et ça, c’est un critère qui est quand même très important en champagne. C’est d’avoir cette typicité, cette identité qu’on n’a pas." Olivier reprend : "Et oui et là, ce qu’on peut dire d’un champagne, hormis le savoir-faire des bulles, c’est d’abord un terroir et là, l’effet "terroir" ne ressort absolument pas." Anouck Fransolet résume son avis : "La bouche s’exprime en deux temps. Ce côté bulle et vin, il n’y a pas d’harmonie entre les deux." Maxime Sanzot, le plus jeune de notre jury s’exprime ensuite : "La texture du vin et de la bulle est correcte et même intéressante. Mais par contre, les arômes du vin à proprement parler sont nettement moins intéressants." Olivier Vandeleene poursuit : "Ici, il a une bulle champenoise, mais il manque complètement de fraîcheur. Il est pâteux, on va dire." Olivier Rotiers conclut : "La bulle est plutôt fine, donc techniquement, c’est plutôt réussi, mais en termes de vin, ça manque cruellement de caractère." Note moyenne à la hauteur de la semi-déception de notre jury pour ce champagne de chez Colruyt : 5/10.

Delhaize, un bon champagne

Le champagne suivant pourrait faire mieux, c’est le plus cher de notre sélection. Il est à 13,99 euros la bouteille. C’est le brut Louis Delder. Il est plus cher que ses concurrents de notre sélection, serait-il donc meilleur ? "Il y a clairement plus de matière que les trois autres ! Oui ! Ça fait plus champagne !" échangent nos experts entre eux. Maxime Sanzot résume son avis en ces termes : "Là, si on se pose la question : est-ce que c’est du champagne ? La réponse est beaucoup plus clairement : Oui !" Olivier Vandeleene enchaîne : "On a l’esprit "champagne", ce côté un peu vins vieillis, fraîcheur, fines bulles. Je ne vais pas dire un grand champagne, un bon champagne." Anouck Franselot : "Il y a cette construction, cette complexité qui permet de ne pas se lasser sur la vivacité de la bulle et la complexité aromatique." Olivier Rotiers conclut : "Quelque chose de plutôt classique, mais bien net, avec même un peu de gras, une belle finesse de bulles. On n’est pas vraiment sur une explosion d’un grand vin mais on répond vraiment aux normes de ce qu’on attend d’un champagne." Note moyenne de nos quatre membres du jury : 7/10. On grimpe en qualité.

3 images
Champagne © Getty Images

Lidl, plus riche

Le dernier des cinq fera-t-il aussi bien que celui de chez Delhaize ? Il est à 9,99 euros chez Lidl, C’est le brut Comte de Senneval. Anouck donne un premier avis : "En plus des autres, je trouve qu’il a ce relief amer. Une palette, un toucher de bouche qui a ce relief." Olivier Rotiers poursuit : "On a vraiment ce côté plus volumineux, un peu lus de largeur. Un peu plus riche. On est vraiment sur un champagne moins rafraîchissant, donc plus posé. Plus de matière… Un côté "pâtissier" aussi en bouche, donc plus riche." Note moyenne pour ce dernier champagne : 7/10.

En termes de rapport qualité/prix, c’est Lidl et son Comte de Senneval qui remporte notre testing. Sans tenir compte du prix, il partage la première marche du podium avec le Louis Delder de chez Delhaize. Sur la deuxième marche du podium, à nouveau deux ex aequo : le champagne de chez Carrefour et celui de chez Colruyt. Le dernier, sur la troisième marche de notre podium, est le champagne proposé par Aldi. Notre jury s’accorde sur un conseil en conclusion de ce testing : mieux vaut avec dix euros s’offrir un bon crémant ou un bon cava qu’un champagne moyen, voire de piètre qualité. Si vous tenez à rester sur du champagne, pour le prestige de l’appellation ou par esprit de tradition, pour viser juste, demander conseil à un caviste. Avant de vous vendre un prix bas, il vous vendra un bon champagne.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK