Testez le jeûne intermittent : Ne RIEN manger pendant 16 heures

Cette méthode américaine fait de plus en plus d’adeptes. Pourquoi ? Sans doute car on ne doit pas se serrer la ceinture, il suffit d’arrêter de manger pendant 16 heures. Comment réagit le corps ? Est-ce bon pour la santé ? Y a-t-il perte de poids ? En quoi cela consiste exactement ? Une de nos téléspectatrices, Pascale a testé cette méthode pendant 2 mois.

Se sentir plus léger et perdre les kilos que l’on a accumulés au fil du temps, c’est le souhait de beaucoup d’entre nous mais pas que… Pascale, une de nos téléspectatrices aimerait aussi diminuer son taux de cholestérol naturellement, sans prendre de médicaments. Mais le plus difficile pour Pascale sera de décaler ses petits-déjeuners copieux : "Je vais souper vers 19h00 et prendre mon petit-déjeuner à 11 heures du matin. Cela va être compliqué car c’est un repas important pour commencer ma journée en pleine forme. "

Mais avant de commencer son jeûne, Pascale a rendez-vous chez le médecin. Elle mesure 1M56 et pèse 79 kilos. Le Dr Jean-Pierre Thomée lui annonce que son BMI est élevé : " Il est de 32.26. Au-dessus de 28, on parle d’obésité " Pascale doit donc prendre les choses en main surtout que son niveau de cholestérol est élevé. Il lui prescrit un bilan sanguin.

Autophagie
Pendant 8 semaines Pascale va donc se nourrir pendant 8 heures, de 11 heures du matin à 19h00.
Et ce sans rien changer à son assiette, tout en s’hydratant à volonté. Et pendant cette période de jeûne, que se passe-t-il exactement dans son corps ? Le Professeur Jean Paul Thissen, Endocrinologue et Nutritonniste à UCL nous l’explique : " On a une diminution des taux d’insuline et du glucose dans le sang. Cela va activer dans tout une série d’organes et notamment au niveau du foie des mécanismes que l’on appelle l’autophagie. L’organisme va se débarrasser des molécules qui sont mal formées, qui sont abîmées et qui perturbent son bon fonctionnement. Toutes les études disent que ce jeûne de 16 heures ne peut être que positif pour l’organisme. Mais d’autres effets bénéfiques ont été démontrés chez l’animal où l’on voit une augmentation de la durée de vie, on voit une prévention du diabète sucré, une prévention du foie gras. "

Conseils

Le diététicien, nutritionniste, Nicolas Guggenbühl lui a aussi donné quelques conseils importants lors de ce jeûne intermittent : "même si on ne mange pas durant un laps de temps déterminé, il faut boire beaucoup d’eau et de tisanes, de café mais pas de boissons sucrées. On doit manger à sa faim, ni trop, ni trop peu et en privilégiant les bons nutriments (glucides complexes, légumes, bonnes graisses…) et bien sûr faire de l’exercice.

Perte de poids et diminution du cholestérol

Et pour savoir comment son corps a réagi à ce changement de rythme alimentaire, Pascale retourne chez le médecin. Pascale a perdu 2 kilos. Ses cuisses ne se sont pas affinées mais elle a perdu
8 mm au bras droit et 18 mm au gauche. Son taux de cholestérol a aussi diminué. Pascale est contente du résultat et pense refaire ce jeûne mais seulement quelques jours par mois : " je ne le ferai plus de façon systématique tous les jours car je me sentais fatiguée." Elle se dit aussi que si elle n’avait fait que deux repas pas jour et pas trop et un peu plus de sport, elle aurait perdu plus de poids. Le diététicien, nutritionniste Nicolas Guggenbülh lui explique que ce coup de barre est logique au début du jeûne mais ne devait pas durer et il est vrai que Pascale à la fin se sentait moins fatiguée.

Moins de calories 
Le professeur Thissen explique aussi que manger moins et moins souvent cela a du sens : " nos grands-mères déjà nous disaient de ne pas grignoter entre elles repas et surtout ne pas craquer le soir devant la télévision. Ne pas se nourrir au moindre creux permet d’absorber au total moins de calories et donc maigrir." Nos ancêtres, les chasseurs-cueilleurs ne croquaient pas de céréales au saut du lit et ne dégustaient leur premier repas qu’en milieu de journée. Littéralement, dé-jeuner veut d’ailleurs bien dire rompre le jeûne.

Autres Vertus

En effet, outre la régulation du taux d’insuline et la réduction de la masse graisseuse, "le fasting", le jeûne a bien d’autres vertus thérapeutiques. Selon de nombreuses études, notamment celle du Dr Valter Longo, professeur de gérontologie à l’université de Californie, le jeûne pourrait réduire les marqueurs de l’inflammation, responsables de nombreuses pathologies comme les maladies cardiovasculaires et auto-immunes, l’inflammation du tube digestif. Il serait aussi capable de purger l’organisme, décongestionner le foie. On le disait, ses bienfaits sont réels. Mais attention : si vous souffrez d’une pathologie, si vous suivez un traitement médical, si vous êtes enceinte, ne mettez pas de jeûne en place sans un suivi médical.

Ce jeûne de 16 heures permet zéro privation pendant les repas, des menus libres avec desserts et puis, la vie peut se poursuivre normalement, en famille, comme au resto ou chez les amis et au final notre métabolisme fonctionne à merveille. On se sent plus léger et en grande forme !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK