Tendances de la cybercriminalité 2017: restez vigilants

En ce début d’année, les laboratoires de sécurité spécialisés dans le numérique nous informent de ce que pourrait être les tendances de la cybercriminalité. En prenant notamment connaissance des prévisions de Kaspersky Lab ou encore de Trend Micro, on apprend qu’ils s’attendent à une augmentation de la diffusion de virus visant la mémoire vive de votre ordinateur.

Quel effet sur un ordinateur? 

La mémoire vive se trouve sur les barrettes de mémoire qui chargent les applications et les données en cours d'utilisation pour les échanger avec le processeur. L'accès du processeur à ces mémoires est considérablement plus rapide qu'avec le disque dur.

Un virus informatique comment ça marche? 

Ce virus y entrerait de manière classique, par exemple, via une pièce jointe ou un lien que vous avez cliqué et s’installe donc dans cette mémoire vive pour explorer le contenu de votre machine ou collecter des données d’accès. Lorsque vous éteignez votre ordinateur, comme la mémoire se vide, le petit virus disparaît par la même occasion. Il sera donc impossible de savoir quelle aura été son activité.

Existe-t-il une solution?

Les laboratoires de sécurité vont devoir mettre à jour leurs logiciels avec des outils permettant d’analyser cette mémoire de travail, en plus du disque dur. Et ceci en temps réel.

Les objets connectés peuvent-ils être touchés ?

Les laboratoires annoncent encore une augmentation des attaques informatiques s’appuyant sur les objets connectés de plus en plus présents dans nos vies.

Par exemple des caméras wifi qui nous permettent de voir ce qui se passe à la maison en notre absence. Ou encore ces boîtiers permettant de piloter notre éclairage ou notre chauffage à partir de notre smartphone. Les deux labos insistent notamment sur la nécessité, pour les fabricants, de renforcer la sécurité de ces objets mais aussi, à notre niveau, si nous en utilisons, d’être particulièrement vigilants aux failles qui pourraient être signalées dans les systèmes d’exploitation. Nous devrons donc avoir le réflexe de vérifier régulièrement la présence de mises à jour en nous connectant au site du fabriquant.

Les smartphones sont-ils plus épargnés ? 

On parle d’une augmentation importante de logiciels malveillants ayant pour mission de dérober des données confidentielles ou encore s’offrant la possibilité d’installer d’autres logiciels générant par exemple, des publicités pendant votre usage. Une situation qui imposera ici aussi une plus grande collaboration entre les laboratoires de sécurité et les fabricants de nos smartphones et tablettes.

Les smartphones principales sources de navigation, des conseils particuliers ?

Les experts insistent sur le fait que 2017 devrait être marquée par le développement d’une véritable guerre de l’information se basant sur nos habitudes et, notamment, sur le fait que nous consultons fréquemment des sources non-vérifiées, notamment via les réseaux sociaux. Une situation qui nous fait courir le risque d’être confrontés à des informations manipulées ou tronquées.

Un domaine dans lequel nous devons apprendre à devenir particulièrement vigilants. N'hésitez pas à consulter des sites comme " hoaxbuster.com " pour vérifier l’information.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK