Techniques de désherbage : on a testé leur ergonomie

Les techniques de désherbage sont toujours plus nombreuses. Elles sont mécanique, chimique, thermique ou encore manuelle.

Mais parmi toutes ces méthodes, laquelle privilégier pour se ménager ? Laquelle serait la plus ergonomique tout en étant bien entendu aussi efficace ? On a testé chaque technique avec les conseils d’une ergothérapeute pour la posture à adopter. Et avec l’avis d’un jardinier sur leur efficacité respective.
 

1. La brosse à fils métalliques

5 images
© Rtbf

C’est une méthode qui a beaucoup de succès depuis quelques années. Elle permet en effet de désherber de manière écologique. Elle permet aussi de ne pas devoir se baisser.

Ophélie Demuynck, ergothérapeute, conseille : "La première chose à laquelle faire attention, ça va être de conserver son dos droit, conserver les ceintures au niveau du bassin et au niveau des épaules parallèles, pour justement éviter les mouvements de torsion si je me penche trop vers l’avant."

2. Le brûleur électrique ou au gaz. Attention aux brûlures, mais pas seulement

5 images
© RTBf

Ophélie Demuynck, ergothérapeute, prévient : "Avec ce genre d’outil, on va avoir tendance à balayer l’espace devant soi, donc passer de droite à gauche dans un espace assez large, et donc, on risque de faire de nombreuses torsions au niveau de la colonne vertébrale."

Michaël Spoiden, jardinier, voit la méthode d’un point de vue pratique et esthétique : "Il faut juste donner un coup bref, donc, on ne doit pas rester plusieurs minutes sur une plante pour essayer de la faire brûler."

Et d’ajouter : "C’est pratique, c’est rapide. Voilà. Après, il faut juste accepter que, pendant deux, trois semaines, la mauvaise herbe reste là. Le temps qu’elle se désagrège."

3. Le désherbant chimique

5 images
© Rtbf

Avec ce type de récipient, il faut se pencher et répéter un même geste.
Ophélie Demuynck, ergothérapeute : "Les personnes qui, par exemple, vont avoir des douleurs au niveau des doigts, ce type de spray va les obliger à faire une flexion des doigts récurrente qui peut amener des douleurs."

Malgré tout, il reste inégalé sur un point. Michaël Spoiden, jardinier : "C’est super rapide. Quelques pressions sur la mauvaise herbe. Et au bout de quelques semaines, elle va disparaître.

4. La méthode manuelle, la plus ancienne de toutes

5 images
© Rtbf

Avec une binette ou une griffe, il faut aussi se rapprocher du sol.

Ophélie Demuynck, ergothérapeute : "Garder peut-être la position du chevalier servant, où je vais encore prendre appui sur mon genou pour pouvoir être proche du sol, être dans une position bien stable et me relever facilement par après."
 

Parmi ces quatre méthodes, laquelle est la plus ergonomique ?

Ophélie Demuynck, ergothérapeute : "Ça dépend de la personne. Il y a des personnes qui vont être plus à l’aise à travailler debout, qui vont être plus à l’aise à travailler assise. Et les mouvements qui sont demandés par l’un ou l’autre matériel sont différents. Et donc, chaque personne doit trouver ce qui lui convient le mieux en respectant les principes d’ergonomie. "

Michaël Spoiden, jardinier : "La meilleure technique déjà, c’est de le faire régulièrement. Donc, il ne faut pas attendre que la mauvaise herbe soit développée pour le faire. Donc, plus elle est petite, plus elle est facile à éliminer."

Le secret "santé" du désherbage, ce n’est donc pas une question de technique, mais de régularité. Pour ne pas se tuer à la tâche, vaut mieux en effet la répéter le plus souvent possible.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK