Sous le cagnard pendant 4 heures à attendre un bus qui ne viendra pas

Martine, qui habite Anvers, devait rejoindre son fils à La Rochelle le 19 juillet dernier. Pour ce faire, elle s’était inscrite auprès de la compagnie de cars "Ouibus", une filiale de la SNCF.

Le jour "J" Martine est là sur un quai à Anvers avec sa petite valise, heureuse de partir. Il fait beau et chaud et Martine attend sous le soleil. Le temps passe, elle n’ose pas bouger, ni pour boire ni pour se rendre aux toilettes. D’autres bus de la firme passent, mais ce n’est pas la destination de Martine. Quatre heures vont défiler…

Martine est obligée de renoncer et de trouver une autre alternative. Ce sera le train et le TGV en urgence dont coût : 240 euros! Martine exige alors d’être remboursée par la compagnie de bus et du ticket de transport et de son billet de train. Sans succès! 

Contactée par nos soins, la compagnie "Ouibus" ouvre une enquête en interne. Leur système de géolocalisation, nous répondent-ils, ne permet pas de situer le fameux bus qui s’est bien arrêté à Anvers une dizaine de minutes, mais on ne sait pas où… Dans le doute, la société décide de rembourser le ticket et 50% de dédommagement dudit billet. Bref, 80 euros, ça n’arrange pas Martine qui considère qu’elle a été flouée sur toute la ligne.

La société fait encore savoir qu’il existe un dernier recours selon la réglementation française : contacter le Médiateur du Tourisme et du Voyage (Médiation Tourisme Voyage BP 80 303 75823 Paris Cedex 17).

Et nous quoi qu’il en soit, nous rappelons que dans un litige avec une société étrangère, il est fortement conseillé de prendre contact avec le CEC, le Centre Européen des Consommateurs : Rue de Hollande, 13 à 1060 Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK