Sorties scolaires, excursions, classes vertes : un avenir incertain

Sorties scolaires, excursions, classes vertes : Annulations en cascades et saison catastrophique
3 images
Sorties scolaires, excursions, classes vertes : Annulations en cascades et saison catastrophique - © martinedoucet - Getty Images

C’est une tradition incontournable pour les enfants. Comme les kermesses ou les fêtes d’écoles, les excursions scolaires ont traditionnellement lieu en fin d’année scolaire. Mais le Covid-19 est passé par là. Les sorties n’auront pas lieu. Pour de nombreux parcs, hébergements, centres de loisirs ou de découvertes, la saison est définitivement perdue.

Annulations en cascade pour la fin d'année scolaire

A Mons, annuellement, environ 30.000 élèves découvrent l’univers captivant des sciences au Pass. Mais cette année, le Parc d’aventures scientifiques à Frameries a vu les annulations tomber dès la mi-février, avec les visiteurs français. Les Belges ont suivi.

Nous avons reçu notre dernière classe le 13 mars !

Constate sa directrice générale, Chris Viceroy. "Sur le premier semestre, par rapport à 2019, nous avons perdu 15.643 élèves soit 50% de notre fréquentation annuelle, ce qui est clairement un résultat très impactant pour notre lieu, qui se veut avant tout un lieu de support pédagogique pour le corps enseignant, un outil majeur de diffusion de la culture scientifique auprès des enfants de la maternelle au secondaire. Aujourd’hui, les réservations reprennent doucement, pour l’automne, mais toujours avec une possibilité d’annulation."

Pourtant, depuis le 8 juin, les excursions d’un jour sont à nouveau autorisées en Belgique.

Le Conseil national de sécurité a levé l’interdiction d’organiser des excursions en Belgique mais les déplacements à grande échelle reste déconseillés.

Les écoles peuvent ainsi organiser des activités en extérieur qui ne sont pas toujours possibles dans les murs de l’école, comme par exemple se rendre dans un parc ou un espace situé dans le voisinage. "Toutefois, il apparaît évident que l’idée n’est pas d’encourager les écoles à reprogrammer des déplacements à grande échelle, compte tenu à les fois des contraintes inhérentes à l’organisation de tels projets, aux règles sanitaires plus générales qui continuent à encadrer différentes activités sociales ou encore au respect du principe des bulles de contact." signale Jean-François Mahieu, porte-parole de la Ministre de l’éducation, Caroline désir.

A Chevetogne, à pareille époque, le parc de 600 hectares accueille les écoles en classes vertes ou en excursion de fin d’année. Cela représente 4000 visites par anToutes ont été annulées pour cause de crise sanitaire. Elles ne reprendront qu’en septembre.


►►► À lire aussi : Quelle reprise pour le tourisme en Wallonie ? L'exemple de Chevetogne


A Andenne, la Ferme du Chant d’Oiseaux accueille les enfants en classes de dépaysement, essentiellement, mais aussi pour des stages ou des activités extrascolaires. Depuis quatre mois, les activités sont à l’arrêt. Cela signifie 39 séjours de 3 ou 5 jours et 22 journées d’excursion annulées.

Nous sommes complètement oubliés. C’est une catastrophe. Onze personnes sont au chômage.

Regrette Françoise Philippart, la directrice. "C’est une catastrophe. Nous sommes impuissants et nous ne sommes pas aidés. Nous n’avons aucune rentrée, par contre, les remboursements, eux, continuent de courir… Nous venons par exemple de refaire une nouvelle installation incendie. Ce sont des montants importants".

Reprises pour les stages d'été

Heureusement, l’été s’annonce bien. Les stages sont quasi complets. "Nous restons positifs et préparons les stages avec beaucoup d’entrain ! Nous accueillerons cet été de nombreux d’habitués, des stagiaires fidèles qui nous connaissent depuis longtemps, et qui nous font confiance pour la mise en place des normes sanitaires, ou encore le respect des "bulles" de contacts".

Avenir incertain pour la rentrée

Mais pour la rentrée scolaire en septembre, l’incertitude demeure. Des groupes étaient inscrits dès la deuxième semaine de septembre.

Certains ont déjà annulé, d’autres ont reporté en 2021. Et puis certaines écoles attendent.

Pour l’instant, le flou demeure, et l’avenir reste incertain.