Se porter garant pour autrui : un acte lourd de conséquences

Ça aurait pu être une belle histoire : en 2006, Paul Ponsard et son épouse décident de se porter aval pour un autre couple : un pasteur protestant et sa femme, pour l'achat d'une maison. Tout se passe bien, leurs amis paient bien les traites mensuelles. Mais voilà, un jour, le couple Ponsard se sépare. 

C'est une histoire qui se termine bien, mais où tout aurait pu basculer. Olivier Corroenne a rencontré Paul Ponsard, quelque part, en province de Liège. "En fait, c'était en 2006. Nous faisions partie d'une communauté chrétienne où le pasteur voulait acheter une maison. Il ne pouvait pas faire de prêt en Belgique car il faut avoir un salaire en Belgique, or ses revenus étaient à l'étranger... Alors, je dirais que par charité chrétienne, par solidarité, nous avons accepté de les aider. Nous avons donc accepté d'être l'aval de leur crédit pour le montant de 106 000 euros, ce qui faisait un montant de 667 euros par mois qu'ils devaient rembourser. On est donc passés chez le notaire."

Il poursuit : "Sur les documents, il est écrit que notre maison a été hypothéquée. Mais sur le moment même, nous ne nous en sommes pas rendus compte ... Nous n'avons pas réfléchi au fait que notre maison était hypothéquée et que le crédit que nos amis faisaient, cela nous était également imputé. Et on a signé ! ".

Aucun crédit de la part des banques

"Tant que nous étions en couple, cela n'avait pas de conséquence parce-que nous avions deux salaires et on savait encore faire des crédits. Mais une fois que nous avons été divorcés, il y a cinq ans, c'est là qu'ont commencé les problèmes, poursuit Paul Ponsard. "Je voulais acheter une maison, mais c'était impossible. Je ne savais faire aucun crédit nulle part, toutes les banques refusaient car la somme de la caution n'a pas été divisée. [...] Chacun de nous deux avait les 667 euros sur le dos. Moi, je trouverais logique que, quand on se sépare, on divise la somme en deux. Mais non, ce n'est pas la règle des banques ! Si bien que tous les deux, on était bloqués depuis cinq ans."

"Ça s'est débloqué parce-que le monsieur en question a réussi à trouver un emploi et il a un salaire en Belgique. Maintenant, la banque accepte de nous désolidariser du crédit de ce monsieur. Heureusement, ça s'est débloqué la semaine passée et je vais enfin pouvoir faire un crédit pour acheter une maison", conclut Paul Ponsard.

Conseils pratiques

Concrètement, se porter caution, cela signifie que vous vous engagez à rembourser une dette à la place d'un tiers s'il n'effectue pas les paiements comme prévu. Donc, vous donnez à la banque une protection supplémentaire contre l'insolvabilité possible de son débiteur. Vous mettez alors l'entièreté de votre patrimoine à la disposition de la banque.

Moralité : se porter caution est un acte très important qu'il ne faut pas poser à la légère simplement pour faire plaisir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK