Se chauffer à l'électricité en étant autonome, est-ce possible ?

Tout le monde rêverait de recevoir une facture d'électricité comme celle de monsieur Labrique. Elle semble invraisemblable. Il ne paie aucun kilowatt heure... " Le compteur chaque année, il affiche un index inférieur. Puisque nous surproduisons légèrement... On remet des kilowatt sur le réseau " déclare-t-il. Pourtant, il se chauffe à l’électricité et sa maison n'est pas parfaitement isolée... Mais comment cela est-il possible?

Le prix, principal inconvénient du chauffage électrique 

Car se chauffer à l'electricité, ça consomme beaucoup, c'est bien connu. Les avantages, ceci dit sont nombreux. Le chauffage électrique ne nécessite pas ou peu d'entretien. C'est propre. C'est simple, il n'y a pas de cuve à remplir et il y a du choix : accumulateur, convecteur, rayonnement infrarouge ou encore pompe à chaleur. " Ce qui est très intéressant à retenir, c'est le rendement de ces appareils. Donc mille watts consommés vous donnent 3 500 watts de chauffage à l'intérieur voire pour certains modèles, le prestige, jusque 5 000 kilowatts " explique Fabrice Giacometti, Conseiller dans ...   

Même si les rendements sont bons, le prix reste l'inconvénient principal du chauffage électrique. Il devient vraiment intéressant, si on produit soi-même son électricité. C'est le cas de monsieur Labrique. Le secret de son compteur qui tourne à l'envers, il ne le cache pas. Il s'expose fièrement au soleil... dans le fond de son jardin. " Nous arrivons au suiveur photovoltaïque. Donc 30 panneaux sur 45 mètres carrés. Toutes les vingt minutes, il tourne légèrement pour pouvoir suivre le soleil. Aujourd'hui évidemment, la production sera quasiment nulle à cause des nuages. Mais il fait son travail tout de même... ".

7 ans pour amortir un investissement

Depuis sept ans, son installation couvre au moins la totalité de ses besoins électriques. Son deuxième secret pour se chauffer à l'électricité sans trop consommer, il se trouve dans sa cave... C'est une pompe à chaleur. Un appareil qui pompe les calories dans le milieu environnant. " L'eau arrive ici, la pompe à chaleur extrait des calories et les renvoient vers le terrain " explique à nouveau Monsieur Labrique. C'est une pompe à chaleur géothermique. Elle puise les calories dans le sol de son jardin. " Dans la pelouse, il y a huit lignes de cent mètres environ de tuyaux qui sont regroupés en collecteurs. Et qui vont alimenter la pompe à chaleur ". 

Isolation, châssis double-vitrage, pompe à chaleur, panneaux solaires... tout son système lui a coûté 70 000 euros. En sept ans, son investissement était amorti. Aujourd'hui, il lui rapporte même de l'argent grâce aux certificats verts. Depuis peu, Monsieur Labrique a investi également dans une voiture électrique. Car l'électricité, pour lui, ne coûte plus rien. Elle lui tombe tout simplement du ciel.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK