Saint Nicolas et Noël, conseils de bon sens et anti-faute de goût

Offrir un cadeau, cela peut être de grand moment de solitude. Comme quand vous demandez gentiment à une dame ..."Ooooh vous êtes enceinte, c'est pour quand?" et qu'elle vous répond d'une voix sèche "...mais je ne suis pas enceinte ..." Grands moments de solitude aussi comme : offrir un gâteau à la crème à un diabétique, offrir un cd à un malentendant, offrir un chemisier taille 38 à quelqu’un d’un peu fort...

Comment éviter les pièges d'un cadeau mal reçu...

Première règle, ne jamais considérer que chercher un cadeau est une corvée, sinon c'est le fiasco garanti. Offrez quelque chose que vous ne feriez pas si on ne vous l'offrait pas. Essayer d’offrir un cadeau dans le sens des goûts ou de la personnalité du receveur. Renseignez-vous! Quel est l'âge du destinataire ? Est-il sportif ? Est-il pantouflard ? Peut-être toujours devant son ordi ? Ou bien il déteste la mode ? Prend-il/elle soin de lui/elle ? Enfin, quel est votre budget ?

Offrir un objet de fonctionnel

C'est tout à fait délicat, car même après avoir pris des informations sérieuses, rappelez-vous que les goûts et les couleurs ne se discutent pas. Par exemple, offrir un jour de fête, un fer à repasser, un four à gaufre, un robot ménager rappelle un peu trop le boulot quotidien. Pour les hommes, la cravates, les chaussettes ou le pull en laine tricoté maison sont vraiment vieux jeu...

Et les cadeaux humoristiques?

Les exemples de mauvais goût sont innombrables, en voici quelques uns: le fameux caleçon personnalisé, le tire bouchon sexuel, le petit bonhomme qui s'oublie, tissu brodé avec une pensée profonde, le cadeau politique, un taille crayon avec le crayon bien placé... A vos risques et périls...

Du coté des cadeaux utiles 

Un dictionnaire de la politesse pour certains ados ne serait pas dommage.

Les cadeaux comme outils de pression sociale

À l'approche des fêtes, on ne compte plus le nombre de publicité pour les jouets à destination des jeunes. Considérées par certains comme de la manipulation intellectuelle, ces publicités touchent toutes les familles, les pauvres comme les nanties. Les enfants ne font plus la différence, ils mettent la pression à leurs parents pour le jouet à la mode, souvent très cher. Pour certaines familles, cela ne pose pas de problème, pour d'autre, c'est une pression sociale supplémentaire dont elles pourraient se passer...
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK