Réouverture des terrasses : en attente de réponses concrètes avant le 8 mai !

La préoccupation du moment pour l'HoReCa, c'est la préparation très compliquée des terrasses. A chaque exploitant son espace et sa situation particulière.

Après dix mois de fermeture, ce n'est pas en deux semaines qu'on relance un projet HoReCa. Tour d'horizon à Namur.

Les restaurateurs et cafetiers rencontrés ne sont pas partants

Beaucoup de restaurateurs veulent être réactifs.

Ici, l'un s'affaire pour donner un coup de fraîcheur à sa terrasse, essentielle pour lui.

Plus loin, un autre explique qu'une extension sur le trottoir ne serait pas rentable du tout. Avec six tables et douze personnes, le café ne tournera pas et il n'arrivera pas à payer le personnel.

Avec pourtant une terrasse intérieure agréable qui peut accueillir 70 personnes, son propriétaire estime qu'avec la nouvelle réalité, les bulles, la distanciation, ce n'est pas la peine de rouvrir puisqu'il terminerait avec seulement quinze personnes assises à la terrasse.

Un restaurateur sur une belle place piétonne a décidé de ne pas rouvrir. Pour lui, douze tables, ce n'est pas rentable non plus et par ailleurs, en Belgique, on ne peut pas compter sur une météo favorable.

Le dernier restaurateur a une grande terrasse avec un immense potentiel. Pourtant, il explique qu'après plus de dix mois de fermeture, ce n'est pas en deux semaines qu'il relancera son projet HoReCa. Les obstacles sont nombreux: les fournisseurs vont devoir se réapprovisonner avant de pouvoir honorer les commandes , et il lui faudra reformer une équipe nouvelle, car la plupart de ses serveurs ont trouvé un job dans un autre secteur moins impacté par la crise sanitaire.

Il y a quand même un petit point positif: la commune de Namur traitera les demandes d'extension de terrasses des cafetiers au cas par cas et ne prélèvera aucune taxe supplémentaire.

On le voit très clairement: le secteur HoReCa a besoin que des règles précises apportent des réponses concrètes à leurs situations individuelles avant le 8 mai.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK