Réduire ses coûts bancaires en optant pour une néobanque ?

Les néobanques, vous connaissez ? Toujours peu répandues chez nous, elles commencent pourtant à faire de nombreux adeptes. Les deux plus connues, N26 et Revolut, comptabiliseraient déjà plus de sept millions d’utilisateurs européens. Pourtant, ces banques en ligne issues de start-up ne sont apparues qu’il y a moins de cinq ans. Le succès est dû à plusieurs facteurs, dont celui de la gratuité n’est sans doute pas le moins important. Enfin, quand on parle de gratuité, c’est le cas en général pour les packs de base mais dès que l’on souhaite accéder à plus de services, cela devient évidemment payant. Il faut bien que ces banques sur applications smartphones se financent puisqu’elles ne permettent pas d’octroyer des crédits ou des prêts hypothécaires par exemple. Par contre, elles offrent une carte de crédit, que l’on recharge à volonté et qui permet d’effectuer des achats comme avec n’importe quelle autre carte. Elles proposent aussi quelques avantages intéressants…

Fini les frais inutiles

A la gratuité de la carte s’ajoute celle des frais de change. Payer un achat sur internet en livres sterling ou convertir ses euros en dollars se fera sans aucun frais pour certaines néobanques ou moyennant des frais limités pour d’autres. L’utilité de ce type de portefeuille virtuel n’est plus à démontrer pour qui voyage beaucoup. D’autant que les applications des néobanques proposent bien plus de fonctionnalités que leurs homologues traditionnelles. Historique précis, possibilité d’ajouter des photos aux preuves de paiement, partage d’addition, arrondis aux montants supérieurs pour mettre de la monnaie de côté ou encore "coffres" virtuels permettant d’y placer de l’argent selon son bon vouloir font partie des nombreuses possibilités proposées. Bien entendu, il convient d’approvisionner ces "coffres", cartes ou comptes qui ne proposent malheureusement pas de taux d’intérêt.

Utile… En complément

Forcément, les néobanques n’offrent pas que des avantages. Les cartes de crédit rechargeables ne permettent pas de découvert et sont parfois refusées (stations-service, locations de véhicules, etc.). Le principe des néobanques est de proposer une offre sur smartphone. Il convient donc de maîtriser les fonctionnalités parfois complexes. Comme il s’agit de sociétés basées à l’étranger, il ne faut pas oublier de déclarer ses comptes à la Banque nationale et à l’indiquer dans sa déclaration d’impôt. Et en cas de souci, le service clientèle vous répondra au mieux par téléphone, au pire par message.

Les néobanques n’ont pas (encore) pour vocation de remplacer les institutions traditionnelles. Mais elles proposent toute une série de services utiles et ont dynamité un secteur plutôt statique. Les plus jeunes en sont friands et leur expansion n’est pas près de s’arrêter, d’autant qu’elles évoluent vite et améliorent leur offre en permanence. La réactivité, c’est tout l’intérêt de ce type d’application.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK