Rappel de produits en magasins : comment ça fonctionne ?

Rappel de produits en magasins : comment ça fonctionne ?
4 images
Rappel de produits en magasins : comment ça fonctionne ? - © Tous droits réservés

Il y a eu plus de 150 rappels de produits en magasins en 2019. Tous ces rappels passent par l'Afsca mais l'Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire n'effectue pas tous les contrôles. La plupart est réalisée par les producteurs eux-mêmes. C'est leur responsabilité d'informer le consommateur. L'Afsca vérifie que cette information est bien diffusée auprès du consommateur et que le rappel a bien été organisé, ce qui n'est pas toujours le cas …. 

Comment ça se passe ?

"On n'est pas des pigeons" a suivi un contrôleur de l'Afsca lors d'une de ses missions.

Ce jour-là, Marcel Winant, de l'Unité de contrôle du Hainaut devait retirer quelques pots de tapenade végétarienne pour les porter au laboratoire en vue de contrôler leur conformité.

Premier magasin : un Intermarché. "Je prends n'importe quelle marque, c'est moi qui ais le choix mais je dois effectuer les prélèvements selon certaines règles, par exemple, je dois veiller à la température de conservation durant le transport. Ici j'ai un thermomètre. Il marque 1,6°C". Après le passage en caisse et la rédaction d'un rapport d'échantillonnage, direction : un laboratoire de l'Afsca. Dans ce cas-ci, on fait une recherche de listeria, une bactérie pathogène pour l'homme. Résultat : les échantillons sont conformes ! 

Autocontrôles

Les contrôles de l'Afsca en magasins sont à l'origine de seulement 15% des rappels de produits.

Une grande partie d'entre eux - 40% -  proviennent d'un système d'alerte entre autorité sanitaires européennes qui répond au nom barbare de "RASFF". "Si dans un pays, un produit n'est pas conforme et qu'i la été vendu dans un autre état membre, alors il y a une communication va se faire et on est rapidement informé de la mise sur le marché de ce produit non conforme", précise Stéphanie Maquoi, porte-parole de l'Afsca.

Autre système d'alerte : les autocontrôles dans les entreprise belges du secteur alimentaire comme chez Porc Qualité Ardennes à Malmedy. Chaque semaine, 5 échantillons de viande hachée sont prélevés sur la production pour analyse. En fait, l'autocontrôle commence dès l'arrivé des carcasses.  

Vérification en magasin

Pendant ce temps, Marcel Winant poursuit ses contrôles ... moi aussi d'ailleurs. Je m'y mets discrètement. Dans un Delhaize, je remarque une affiche de rappel de farine de marque Soubry. 3 paquets de farine avec un niveau trop élevé de produits phytopharmaceutiques et là, que vois-je, dans un rayon, un des paquets. Le numéro de lot et la date de péremption correspondent ...

Que s'est-il passé ? Réponse de Karima Ghozzi, porte-parole de Delhaize : "Il y a toujours une petit marge de risque d'erreur humaine. Soit la personne qui a retiré le produit n'a pas bien vérifié à deux fois. Soit un client l'a pris du rayon juste avant ce contrôle et l'a redéposé ailleurs parce que finalement, il ne voulait pas l'acheter". 

Contrôles de contrôles ?

A l'Afsca, on certifie qu'il y a aussi des contrôles sur les rappels mais ils sont aléatoires. Tout n'est pas à nouveau contrôlé.

Y a-t-il des mesures à l'encontre des contrevenants ?  Séphanie Maquoi : " Dans ce cas-ci, l'entreprise risque de recevoir un PV." De quel montant ? "Ça dépend de beaucoup de facteurs". Nous n'en saurons pas plus. En cas de non-respect du rappel, des mesures sont prises. Lesquelles exactement ... mystère !  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK