Qui du savon ou du gel hydroalcoolique est le plus efficace ?

Déjà depuis plusieurs semaines, les pharmacies sont prises d’assaut, les gels hydroalcooliques deviennent difficiles à trouver et beaucoup d’établissements en préparent eux-mêmes pour répondre à la demande. Mais ce précieux gel, devenu le saint-graal du moment face au covid-19 est-il vraiment meilleur qu’un simple savon pour les mains ?

Pour nous aider à y répondre, l’Institut Meurice (HELdB) de Bruxelles nous ouvre ses portes et, avec le chargé de cours en sciences biomédicales : Philippe Maurer.

Nous mettons trois produits à l’épreuve. Un savon en gel classique, un savon en gel Dettol et un gel hydroalcoolique fabriqué en pharmacie. Pour les tester, nous serons trois cobayes n’ayant pas lavé leurs mains depuis plusieurs heures, sinon, pas moyen de voir d’effet. Car la marche à suivre est très millimétrée et se fait en 3 étapes :

1 – Placer les doigts de la main droite sale dans une boîte de pétri.

2 – Se laver les mains en suivant les recommandations de l’OMS.

3 – Placer les doigts de la main gauche propre dans une boîte de pétri.

Une boîte de pétri est un petit objet circulaire en plastique transparent dans laquelle en met une gélose, une substance nutritive favorisant le développement des bactéries.

Comment bien se laver les mains ?

Ça parait anodin, mais en cette actualité forte, il faut réapprendre à se laver les mains correctement.

C’est une opération plus longue qu’il n’y parait : il faut se laver correctement les deux côtés des mains et entre les doigts, on vous laisse ici la marche à suivre de l’OMS. Une mécanique à reproduire plusieurs fois par jour et qui dure 40 secondes. Petit truc, c’est plus ou moins 2x la longueur de la chanson " Joyeux anniversaire ".

Lequel est le plus efficace ?

Retour à notre expérience, après 48h d’incubation de nos boîtes de pétri, les résultats sont là. Le lavage au savon classique s’est avéré très utile, tandis que le gel hydroalcoolique l’a été un peu moins. Mais la vraie surprise, c’est le savon Dettol qui laisse une boîte de pétri parfaitement immaculée à l’œil nu.

Attention tout de même que notre expérience n’a pas valeur d’étude, par ailleurs, nous n’avons pas fait de test sur virus, mais sur bactéries. Tout de même, c’est un bon indicateur. Mais La conclusion de M. Maurer est celle-ci :

  • Le lavage des mains par un savon (même classique) comme recommandé par les différentes instances (dont l’OMS) permet d’obtenir des résultats très appréciables (pour autant qu’il y ait un point d’eau disponible),
  • Le lavage des mains par un gel hydro alcoolique permet également d’obtenir de bons résultats (solution confortable et flexible quand il n’y a pas de points d’eau disponible).

Juste se laver les mains suffit-il ?

C’est une première très bonne étape pour éviter la propagation du coronavirus, néanmoins, il faut faire la démarche jusqu’au bout. Utiliser des serviettes à usage unique quand on est dans des lieux communs est pratiquement indispensable. Et garder sa serviette pour ouvrir les portes des toilettes est un bon réflexe à adopter.

Par ailleurs, penser à proscrire les savons durs est une bonne idée. En effet, lors de leur utilisation, ces savons gardent des traces de votre passage et, s’ils sont utilisés par d’autre personnes, deviennent des objets de contamination possible. C’est donc un objet à proscrire dans la mesure du possible.

Quoiqu’il arrive, se laver les mains, c’est un geste d’hygiène quotidien qui doit être un réflexe, coronavirus ou pas.


►►► À lire aussi : Comment faire son gels antibactériens pour les mains soi-même ?


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK