Quelques astuces pour réserver son billet d'avion

Quand réserver son billet d'avion au meilleur prix?
Quand réserver son billet d'avion au meilleur prix? - © Tous droits réservés

C'est LA question que tous les voyageurs se posent et pas mal d'idées reçues circulent sur ce sujet. Pour démêler le vrai du faux, On n'est pas des pigeons s'est embarqué sur un vol européen. Un aller-retour qui permettra d'y voir un peu plus clair. Les prix pour un même vol peuvent aller du simple au triple.

L'équipe a réservé un vol pour Nice sur le site de Brussels Airlines. L'aller-retour était de 185,34€. Premier enseignement, le prix pratiqué sur la plate-forme de la compagnie est moins cher par rapport aux comparateurs de vols (Opodo, Bravofly, Connections...). Ces sites intermédiaires facturent presque systématiquement des frais supplémentaires qui n'apparaissent pas à la première lecture.

Et vous, combien avez-vous payé?

Pendant le voyage vers Nice, l'équipe en a profité pour faire un petit sondage. Combien les autres passagers ont-ils payé? Les prix vont de 140€ à 650€. Difficile d’établir une comparaison fiable car certains ont des bagages en soute et d'autres sont en classe business.

"Plus vous réservez tôt, moins cher sera votre ticket"

Le prix du vol est établi par un service méconnu présent dans chaque compagnie, celui du Revenue management. Chez Brussels Airlines, 35 personnes y travaillent. Leur objectif: trouver le prix le plus élevé qu'un passager est prêt à payer. Le Vice-président du Pricing and Revenue Management, Stefan Kreuzpaintner, donne un premier conseil: "Certaines personnes se demandent si c'est plus avantageux de réserver son billet pendant la nuit ou la journée. Pour être honnête, il n'y a pas de recommandations claires. Un prix peut varier plusieurs fois par jour. Je ne peux pas vous dire de manière certaine, il faut réserver votre billet 70 jours à l'avance. Mais, en règle générale, plus vous réservez tôt, moins cher sera votre ticket".

4 jours plus tard, 15€ moins cher

L'équipe de On n'est pas des pigeons a tenu à l’œil l'évolution du prix du billet le mois qui a précédé le vol. De manière générale, on doit bien constater que plus on se rapprochait de la date du vol, plus chère était la facture. A une semaine du vol, le prix avait presque doublé (343,61€). Mais, ce n'est pas une science exacte. Quatre jours après l'achat, le prix a baissé provisoirement de 15€ pendant une petite dizaine de jours. Pas de chance. L'explication la plus plausible de cette baisse temporaire est sans doute l'annulation d'un groupe. Des places se libèrent et la demande est donc moins forte.

Logiciel espion

Un autre raison existe. Une compagnie doit également scruter la concurrence. Robert Van Apeldoorn, journaliste à Trends-Tendance, connaît bien ce phénomène: "Grâce à l'informatique, on peut utiliser des robots logiciels espions pour aller voir chez les concurrents quels sont les prix pratiqués au jour le jour. Ce qui permet à la compagnie d'adapter ses prix à la hausse ou à la baisse". Plus une destination est desservie par plusieurs compagnies, plus les prix seront intéressants pour le consommateur. 

Le Last minute, mauvaise idée

On pourrait s’imaginer que le prix d'un vol va fortement baisser en Last minute si l'avion n'est pas complet. Si c'est vrai pour certaines compagnies, ça ne l'est pas pour Brussels Airlines. La raison est simple: les passagers qui ont des tickets annulables sans frais pourraient exiger un remboursement et acheter un billet Last minute moins cher. Ce serait une perte sèche pour l'entreprise. C'est pourquoi Brussels Airlines ne pratique pas le Last minute.

IP tracking

L'IP tracking est aussi une des craintes des consommateurs. Cette technique marketing consiste à identifier un ordinateur (grâce à son adresse IP unique). Si un consommateur avec une même connexion internet fait plusieurs fois la même requête et montre donc un intérêt pour un vol, certaines entreprises feraient monter légèrement les prix pour forcer l'achat. Une pratique évidemment très contestable. La rédaction de On n'est pas des pigeons n'a pas pu constater ce phénomène durant le mois de son enquête (pour Brussels Airlines). Les prix restaient stables parfois pendant plus d'une semaine alors que le journaliste vérifiait les prix avec un même ordinateur. Pas d'inquiétude à avoir de ce côté.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK