Que se passait-il à Ville 2 pendant l'ouverture de Rive Gauche?

Pas d’embouteillages pour y arriver, pas de problèmes pour se garer, pas de têtes connues, pas de journalistes. Il est dix heures. Ville 2 ouvre ses portes. Le centre commercial du nord de Charleroi se trouve à moins de deux kilomètres de Rive Gauche, cinq minutes en voiture, une vingtaine de minutes à pieds.

Des allées clairsemées

A l’intérieur, pas de risque de se faire bousculer. Deux militaires en patrouille, du personnel de nettoyage, un livreur et des vendeurs impatients de conclure la première vente de la journée. L’ambiance n’est pas à la fête ce jeudi matin à Ville 2.

"Il y a des passants", nous glisse un vendeur, "mais c’est clair que le-tout-Charleroi est à Rive Gauche". "C’est beau, c’est nouveau, c’est lumineux. En plus, à Rive Gauche, il y a des enseignes modernes et bon marché comme Primark, Kiabi et Pull and Bear", s’inquiète la gérante d’une boutique de vêtements. "Je sens que le week-end va être difficile", ajoute la responsable d’un magasin de chaussures.

Les commerçants restent confiants

Mais pas question de se laisser démonter : le commerçant est de nature optimiste. "C’est sur la durée qu’il faudra évaluer les conséquences de l’ouverture d’un deuxième centre commercial aussi proche du nôtre." Le sourire reste donc de mise. D’autant que Ville 2 a aussi des atouts à faire valoir : "Nous avons un cinéma, un grand parking, et ici les places de parking sont gratuites", précise fièrement une responsable de magasin.

Les irréductibles de Ville 2

Le centre commercial du nord de Charleroi peut aussi compter sur une clientèle fidèle. Plusieurs hôpitaux et écoles, dont l’Université du Travail, se trouvent à proximité de la galerie. Une activité qui draine inévitablement du monde. Sans oublier le voisinage et les habitués qui n’ont pas nécessairement envie de changer leurs bonnes vieilles habitudes.

Les clients que nous avons croisés aujourd’hui avaient surtout envie d’éviter la foule des premiers jours. Mais, une fois la cohue passée, ils iront quand même faire un tour à Rive Gauche."Au moins, par curiosité…"

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK