Quand Saint-Nicolas fait des bonnes affaires

Dans les rayons, on ne voit plus que ça : des chocolats, des biscuits et des bonbons avec sur les emballages beaucoup de rouge, un peu de blanc et plein de sourires. Oui mais qu’est-ce qui se cache derrière ce marketing ? Tous les prix sont-ils justifiés ?

L’avantage avec les fêtes, c’est qu’on trouve de tout. Même des calendriers de l’avent avec des chocolats à l’intérieur. C’est le cas notamment de Kinder qui en propose un à 19,90 euros. Un sacré budget qui pourrait se justifier si l’on part du principe qu’on paie aussi l’objet.

Alors pour comparer ce qui est comparable, nous avons préféré regarder le prix d’un produit " spécial Saint-Nicolas " avec celui qui se trouve à l’année dans le fond du magasin et qui a la même forme et la même quantité.

Verdict :

Chez Kinder, la boîte de bâtonnets revient à 2,01 centimes contre 2,69 euros pour celle avec Saint-Nicolas. C’est plus de 30% d’augmentation. Chez Côte d’or, les bouchées au lait coûtent 3,24 euros les 200 grammes. C’est 10% moins cher que les bouchées de Noël qui sont strictement les mêmes puisqu’il n’y a que le nom qui a changé.

Du côté du groupe Mars, on note aussi une augmentation de 10%. 20,43 euros le kilo de célébrations contre 22,28 pour celles de Noël, ça donne à réfléchir. Enfin, on termine avec M & M’s, ici pour 330g, les prix varient aussi fortement. En temps normal, c’est 10,45 euros le kilo mais avec l’emballage de fin d’année, c’est 20,27 euros, soit une augmentation de 95%. C’est la plus flagrante.

Reste alors une conclusion, puisque le goût est le même, il y a peut-être d’autres moyens de faire illusion…

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK