Publicité : voitures et environnement ne font pas toujours bon ménage

Le Jury d'Ethique Publicitaire est dans le collimateur d'Inter-Environnement Wallonie et d'un chercheur de l'Université de Liège. Ils lui reprochent de ne pas tenir compte de chacune des plaintes en matière environnementale reçues à l'encontre de publicités pour des voitures. Ils estiment que, même les rappels à l'éthique en la matière, n'ont pas vraiment d'effets sur ce secteur. 

102 plaintes = 102 PV

Le couple nature et voiture vit une histoire plutôt mouvementée. Certains estiment qu'elles vont bien ensemble, d'autres pas du tout ! C'est le cas de Pierre Ozer, chercheur au département de gestion de l'environnement de l'Université de Liège. Ce lanceur d'alerte avait, il y a une dizaine d'années, attiré l'attention sur le non-respect des mentions de CO2 dans la publicité pour les voitures. Fin de l'année dernière, il a envoyé une centaine de plaintes au Jury d'Ethique Publicitaire qui a décidé de ne pas les traiter une par une. Pierre Ozer estime que ce n'est pas normal "Je ne trouve pas ça normal. Si vous prenez votre voiture d'Arlon à Ostende et que vous roulez à 180km/h et que vous êtes flashé 10fois, vous aurez dix PV. Ici, il y a 102 plaintes, il doit y avoir 102 PV".  Voilà qui fausse,estime-t-il, les statistiques présentant ainsi le secteur automobile sous un meilleur jou. Mais quel est l'avis du Jury d'Ethique publicitaire (JEP) qui a décliné notre demande d'interview ? Déclaration du JEP dans un courriel : "...les 102 plaintes ne donneraient de toute façon pas lieu à 102 dossiers puisque plusieurs plaintes concernent la même publicité....". 

2 images
© RTBF

23 marques de voitures sont concernées

En fait, vingt trois marques différentes de voitures sont concernées par les plaintes. Par exemple, dans un toutes-boîtes récent, il n'y a aucune mention d'émissions de CO2 pour aucune voiture présentées sur une page publicitaire. Pierre Ozer a aussi déposé plainte contre une publicité représentant une Jeep où les mentions "Inspirée par la nature" et "4x4 écologique" seraient contraires aux règles en matière de publicité pour les voitures. Des règles rappelées récemment aux annonceurs par le Jury d'Ethique Publicitaire. Pierre Ozer : "On pourrait penser que cela va s'améliorer mais lors des six premières semaines de l'année, plus d'un tiers des publicités continue à être en faux par rapport à ces différents codes, à ces différentes lois relatives à la publicité et l'environnement. C'est inadmissible !". Inadmissible aussi  pour Pierre Ozer, une autre publicité qui avait fait l'objet d'une plainte et qui récemment revient identique dans un toutes-boîtes, même après le rappel des règles aux annonceurs par le Jury d'Ethique Publicitaire. De son côté Inter-Environnement Wallonie qui soutient ces réclamations tient à faire la différence entre la publicité et le monde réel. Pierre Courbe, expert Mobilité chez Inter-Environnement Wallonie : " La plupart des publicités incriminées sont aujourd'hui des publicités pour des véhicules lourds, puissants, agressifs qui sont vantés comme étant écologiques, respectueux de l'environnement, neutres en carbone, verts, ce qui est tout à fait le contraire de la réalité". 

Entre la voiture et l'environnement, le mariage est compliqué ... à chacun de voir et de décoder.   

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK