Prix des pièces détachées automobiles : du simple au triple

Un puits sans fond, c’est souvent l’image que se représente le propriétaire d’automobile lorsqu’on évoque le coût d’utilisation. En plus du prix d’achat, des taxes, assurances et autre carburant, il ne faut pas négliger le prix des consommables. Plaquettes de frein, pneus, essuie-glaces sont des pièces d’usure que l’on doit régulièrement changer. Et selon la source d’approvisionnement, les prix peuvent fortement fluctuer pour des pièces de qualité équivalente. Nous avons fait le test avec de simples balais d’essuie-glaces.

L’art de bien comparer

Le premier réflexe, c’est de se rendre chez son concessionnaire, où l’on est certain d’obtenir la pièce officielle. Dans le cas de notre Ford Grand C-Max de service, les deux balais de pare-brise nous reviennent à 40,22 euros. Toujours chez un garagiste, mais indépendant, nous ne trouvons pas moins cher que 42 euros (pour la marque Valeo), montage compris. Les plus chers ne s’offrant pas à moins de 60 euros ! Alors, nous nous rendons dans un magasin de pièces détachées, le bien connu Auto 5. Parmi les nombreuses références, il nous faut choisir les bonnes grâce à un écran tactile. Après encodage, le programme nous propose un duo de Bosch à 38,90 euros.

A condition de prendre un peu de temps, c’est-à-dire deux bonnes heures dans notre cas, c’est sur le Web qu’on effectue évidemment les meilleures affaires. Mais il faut être sûr de son coup. Car rien que sur le site Piecesauto24, nous sommes tombés sur 71 références. En éliminant les balais arrière et en se concentrant sur les packs de deux balais avant, il en restait encore huit, dont quatre Bosch. Attention donc à ne pas se tromper car certaines références sont prévues pour des véhicules avec régulation de vitesse automatique, ce qui n’est pas le cas du nôtre. Bref, en surfant sur quatre sites et en tenant compte des frais d’envoi (parfois fort élevés), on trouve nos essuie-glaces entre 22 et 35 euros, selon les sites et modèles disponibles.

Acheter en toute confiance ?

En Belgique, il y a peu de risques de tomber sur une pièce pirate, qui ne correspond pas au cahier de charges du constructeur. Même si les numéros de référence sont différents entre les concessionnaires, garagistes et magasins de pièces, les balais sont officiels. Les constructeurs automobiles ne fabriquent pas eux-mêmes ces pièces, ils ne font que les assembler. Bosch, Valeo, Champion et les autres vendent aussi aux grossistes, parfois même sous un label "produit blanc", qui permet d’éviter les coûts de marketing.

On retrouve donc les pièces détachées chez des concurrents alors que leur origine est identique. Quelques grossistes spécialisés se partagent le marché européen. En Belgique, Doyen Auto, filiale belge du français Autodis Group (lui-même sous capitaux américains) gère le plus grand dépôt de pièces de rechange du pays : 100 000 références dont près de 300 essuie-glaces de toutes marques. De cet entrepôt partent en permanence des dizaines de camions et camionnettes à destination de distributeurs régionaux, qui eux-mêmes livrent les magasins ou garagistes. Pour David Colantonio, le directeur de Doyen Auto, "il est donc logique que les pièces détachées vendues de cette manière coûtent plus cher que celles qu’on achète sur internet. Le Web supprime tous les intermédiaires, au risque de voir l’acheteur final se tromper lors de la commande ou être dans l’incapacité d’effectuer le travail lui-même."

Pour en revenir à notre exemple, selon que l’on soit capable de bricoler un peu et de passer du temps sur internet ou au contraire, que l’on préfère un clé sur porte haut de gamme, on dépensera donc entre 22 et 60 euros pour deux balais d’essuie-glaces !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK