Pourquoi les gares se transforment en centres commerciaux

Les voyageurs de la SNCB l’ont constaté : les gares ne sont plus uniquement des lieux où l’on prend son train. On y trouve de plus en plus de magasins. L’offre de commerces et de services se multiplie à un point tel que certaines grandes gares prennent des allures de centres commerciaux.

Une pharmacie, une crèche et même un centre de prélèvement sanguin

Avec 63 000 voyageurs quotidiens, la gare Bruxelles-Midi est l’une des plus fréquentées en Belgique. En plus des trains, bus, trams et métros, les navetteurs ont également accès à septante commerces. Des supermarchés, des boutiques de vêtements, un salon de coiffure, une pharmacie, un bar à sushis et même un espace de travail partagé.

Les grandes gares belges proposent plus de commerces et aussi plus de services. En Wallonie, Liège-Guillemins abrite une crèche, un centre d'exposition et un restaurant coté au guide Michelin. Charleroi-Sud compte un centre de prélèvement sanguin. A la gare de Namur, des casiers automatiques sont disponibles pour retirer les paquets commandés sur internet.

Faire du navetteur un consommateur

La multiplication des commerces dans les gares est une aubaine pour la SNCB. "En 2016, les concessions commerciales ont rapporté un chiffre d’affaire de vingt-cinq millions d’euros", se réjouit Thierry Ney, porte-parole de la SNCB. Cette manne financière gonfle d’année en année. Elle a augmenté de cinq millions d’euros en trois ans et la société de chemins de fer met tout en œuvre pour poursuivre cette croissance.

"Si les commerces se multiplient, le portefeuille du consommateur, lui, n’est pas extensible", critique Estelle Nicolay, directrice de l’association de management de centre-ville. L’argent dépensé en gare ne le sera pas ailleurs. D’ailleurs, en dix ans, les centres commerciaux et les magasins situés en centre-ville ont perdu 15% de visiteurs. La faute à la multiplication des commerces mais surtout au commerce en ligne, qui grappille chaque année une part plus importante du gâteau.

Les gares deviennent des lieux stratégiques

Alors que l’e-commerce permet de commander ses courses sans bouger de son canapé, pour beaucoup, se déplacer pour faire des achats est associé à une perte de temps. Les trajets domicile-lieu de travail deviennent de plus en plus chronophages. Le consommateur pressé apprécie donc de trouver une panoplie de magasins à la sortie de son train.

Les navetteurs, qui font généralement le même trajet tous les jours, sont des clients en or pour les commerçants installés dans les gares. Une masse de clients potentiels qui ne cesse de grimper. En vingt ans, le nombre de passagers de la SNCB est passé de 130 millions à 230 millions. Autant de navetteurs susceptibles de devenir des consommateurs.

L’exemple de Saint-Lazare à Paris

En France, la SNCF va un cran plus loin en greffant des centres commerciaux à ses grandes gares. Celui de Saint-Lazare à Paris est réparti sur trois étages et voit défiler tous les jours près d’un million de passagers du rail et du métro. "Les chiffres d’affaires réalisés par les enseignes présentes ici sont deux à trois fois supérieurs à ceux générés dans les centres commerciaux classiques", précise Bernard Deslandes, directeur du développement de la société Klépierre qui gère des centres commerciaux.

La recette de ce succès? Une nouvelle manière de concevoir le commerce. "Alors que le centre commercial essaie de créer un lieu de commerce là où il n’y a rien pour que du monde y passe, dans les gares, les commerces s’installent à un endroit où le monde est déjà là", explique Bernard Deslandes, le promoteur de centres commerciaux. Pour le consommateur, plus besoin de se déplacer puisque ce sont les commerces qui se déplacent jusqu'à lui.

Tout le monde est gagnant : le consommateur de plus en plus pressé, la société de chemin de fer qui s'assure d'importantes rentrées financières grâce aux loyers commerciaux. Et enfin, les commerces qui réalisent des chiffres d'affaire à donner le tournis. Voilà pourquoi les gares sont appelées à devenir les nouveaux temples de la consommation.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK