Pourquoi la Nouvelle-Zélande arrive-t-elle à vaincre le coronavirus ?

L’Organisation mondiale de la santé a récemment félicité la Nouvelle-Zélande pour sa bonne gestion de la pandémie de covid-19. Alors que les décès se comptent en dizaines et dizaines de milliers à travers le monde, l’île néo-zélandaise, elle, comptabilise à ce jour en tout et pour tout 25 morts. Le succès de la gestion de la pandémie par le gouvernement est tel que la première Ministre, Jacinda Ardern, vient d’être réélue avec un score historique.

Une politique stricte et radicale

Très vite, la Nouvelle-Zélande a pris l’affaire très au sérieux. Elle accueille, sur son territoire, de nombreux voyageurs chinois et s’est donc sentie fortement exposée.

"De plus, les images qui nous parvenaient d’Europe nous ont vraiment effrayés", explique Caroline Ducobu. Photographe, Liégeoise d’origine, elle vit depuis 20 ans à Auckland, l’une des plus grandes villes du pays. "Nous avons connu un confinement très strict de 51 jours dès le mois de mars, explique-t-elle, un peu à l’image de ce que vous avez vécu en Belgique. Mais, ici, le gouvernement s’est montré vraiment intraitable. Ils ont même ouvert un site internet où on pouvait dénoncer les citoyens qui ne respectaient pas les mesures". Le sourire aux lèvres, Caroline Ducobu raconte que, en tant qu’Européenne, cette initiative l’a un peu choquée, "mais quand même, dit-elle, ils l’ont fait et cela n’a pas heurté outre mesure. Ils ont reçu environ 345 plaintes."

C’est qu’en Nouvelle-Zélande, on ne badine pas avec les mesures sanitaires. Leur politique se fonde, notamment, sur le principe très strict qui consiste à tester-tracer-isoler. "Ici, dit Caroline, quand tu es positive, tu ne passes pas ta quarantaine à la maison. Tous les cas covid + qui ne doivent pas être hospitalisés sont obligés de séjourner dans des hôtels réquisitionnés pour la cause".

Résultat ? La Nouvelle-Zélande a passé 102 jours sans recenser un seul cas sur son territoire. Et, quand à la fin du mois d’août, un nouveau foyer a été détecté à Auckland, c’est toute la ville, c’est-à-dire 1,4 million d'habitants, qui a été reconfinée. "On ne pouvait plus y entrer ni en sortir, dit Caroline, on pouvait juste faire nos courses ou se faire livrer des plats préparés sur le pas de la porte, sans contact avec les livreurs. Quant à la famille covid +, elle a carrément fait l’objet d’un traçage minutieux pour identifier tous les contacts qu’elle avait pu avoir."

Une équipe soudée et disciplinée

Le succès de la Nouvelle-Zélande dans la lutte contre la covid-19 repose aussi sur la forte adhésion de la population aux mesures barrières. "La Première ministre est extraordinaire, dit Caroline Ducobu, elle a su fédérer les gens autour de ses mesures, elle s’est montrée ferme et empathique à la fois. Elle a beaucoup joué sur la notion d’équipe, une équipe de 5 millions d’habitants, et cette notion, ici, dans cette nation de rugby, a fait écho auprès de tout le monde. Les Néo-Zélandais sont en outre très obéissants, explique Caroline, attention, je ne dis pas que ce sont des moutons, ils ont beaucoup de caractère, mais ils savent quand vient le moment de suivre les recommandations du gouvernement. Ils ne sont pas comme nous, les Belges, s’amuse Caroline, nous, on est plus latins, on n’aime pas trop que l’on nous dise ce qu’on doit faire".

La recette gagnante pour contrôler la covid

Avant l’arrivée d’un vaccin et/ou d’un traitement efficace, chaque pays tente de gérer comme il peut les vagues de contaminations. Et si, en attendant le remède miracle, la Nouvelle-Zélande avait trouvé la recette gagnante : tester-tracer-isoler-adhérer ?

2 images
Route 6 north of Queenstown, South Island, New Zealand © Ed Freeman
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK