Plastique compostable, biodégradable ou encore biosourcé: (si) bons (que ça) pour la nature ?

C'est FAUX. D'ailleurs, en Belgique, il est interdit de qualifier un plastique de biodégradable. Un Arrêté royal du 9 septembre 2008 le stipule: "En aucun cas, un emballage ou un élément d'emballage ne pourra se proclamer biodégradable." (Le Moniteur, Chapitre IV, Section 2, article 5, page 56652).

Ne soyons pas pigeons: aucun plastique même composé de maïs ou de pomme de terre ne se dégrade naturellement.

Précisions de nos deux spécialistes

Philippe Dewolfs, responsable Certification Plastique Compostable, TÜV AUSTRIA BELGIUM: " On peut faire exactement les mêmes produits, les mêmes composés chimiques tel que le polyéthylène, on peut le faire à partir de résidus de canne à sucre. Chimiquement, la molécule, c'est du polyéthylène. Mais l'un est à base de pétrole, et l'autre est à base de canne à sucre.

"Ce n'est pas parce que c'est biosourcé qu'automatiquement, c'est plus écologique", estime Gaëlle Warnant, chargée de mission Ressources Eau et Déchets, Inter-Environnement Wallonie.

3 images
100% Biodegradable and compostable icon. © Getty Images

Comment composter le plastique compostable ?

Gaëlle Warnant répond: " Il y a déjà deux notions. Est-ce que c'est compostable en unité industrielle ? Ou c'est compostable dans un compost ménager au fond de son jardin".

Mais pour cela, il y a une condition: avoir un compost de qualité dans son jardin. Et tout le monde n'a pas la main verte.

" Il y a un certain nombre d'actions à réaliser pour aérer le compost. Sinon, on va se retrouver dans des conditions où cela ne va pas fonctionner correctement" , souligne Philippe Dewolfs.

Agronomiquement, il n'y a pas nécessairement d'avantages à apporter cette source-là, enfin ce matériau-là, au compost.

Le plastique compostable n'apporte d'ailleurs rien à la qualité du compost.

Gaëlle Warnant abonde : "Agronomiquement, il n'y a pas nécessairement d'avantages à apporter cette source-là, enfin ce matériau-là, au compost. Cela ajoute un peu de carbone. Mais cela n'apporte pas de nutriments, ou de propriétés intéressantes pour les amendements du sol ". 

Composter oui, mais de manière industrielle à haute température

Dans la grande distribution, on utilise de plus en plus de plastique certifié "OK Compost Industrial", ce qui signifie qu'ils peuvent être compostés, mais seulement de manière industrielle.

Philippe Dewolfs précise: "Haute température. Donc, collectes de déchets organisées par les intercommunales, par exemple. Pour ça, évidemment, il faut qu'il y ait une collecte, et ensuite un traitement dans un centre de compostage."

3 images
Greenmarks © tuv-at.be

Or, en Belgique, il n'existe aucun centre de compostage qui traite effectivement ces déchets

Baudouin le Hardy de Beaulieu, directeur-général InBW (Intercommunale du Brabant Wallon) explique comment InBW procède: "C'est très difficile de faire le tri entre les bons et les mauvais plastiques. Donc, on ne demande pas à nos préposés de commencer à être vigilants à ce point-là... On préfère avoir un principe de précaution, et retirer le maximum qui ne soit pas du vrai déchet vert."

C'est très difficile de faire le tri entre les bons et les mauvais plastiques.

​​​​​​Donc, tous les emballages plastiques, dits compostables, finissent avec les déchets plastiques, autrement dit, ils sont incinérés.

N'empêche que les produits que nous certifions sont réellement compostables et biodégradables ou biosourcés.

"Je ne peux pas exclure honnêtement que parmi nos clients, il y en a qui se fassent certifier pour faire du greenwashing. N'empêche que les produits que nous certifions sont réellement compostables et biodégradables ou biosourcés ", pointe Philippe Dewolfs.

L'industrie du plastique a encore réussi à nous faire croire que le plastique est bio et qu'on pouvait continuer à en consommer à outrance ! Mais voyons clair et ne nous laissons pas pigeonner.


Retrouvez "On n'est pas des pigeons" en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK