Pigeons a testé : le porte-bébé à 30 euros chez Lidl

Chaque semaine, On n’est pas des Pigeons ouvre les dépliants des magasins pour y dénicher les meilleures promotions. Dans la séquence "J’achète, j’achète pas", Sofia Cotsoglou s’intéresse à ces produits dont les prix défient toute concurrence. Après mise à l’épreuve, notre journaliste vous dit si l’achat en vaut oui ou non la peine.

La promo qui a attiré mon regard cette semaine, c’est un porte-bébé vendu à 30 euros chez Lidl. Un porte-bébé de marque coûte grosso modo entre 50 et 150 euros. Alors, sentir bébé contre soi tout en ayant les mains libres pour à peine 30 euros, ça flaire la bonne affaire. Mais après avoir testé le porte-bébé low cost de chez Lidl avec Thainy, une doula consultante en portage physiologique, le verdict Pigeon est clairement négatif : je n’achète pas !

Mon conseil pour un porte-bébé de qualité sans casser votre tirelire : mieux vaut acheter un porte-bébé en seconde main.

Pigeons n’aime pas :

  • L’esthétique : le produit ressemble davantage à un gilet pare-balles qu’à un porte-bébé.
  • La matière : le coton rembourré avec des fibres synthétiques, ce n’est pas top. En hiver, ça peut passer mais en été on va transpirer dedans.
  • L’installation : très complexe. Il faut enfiler des bretelles, régler la ceinture ventrale, insérer des velcros dans des trous, resserrer les velcros, et une fois qu’on a installé bébé, il faut à nouveau tout ajuster. Tant que bébé est calme, ça va. Mais bonne chance si le marmot se met à pleurer.
  • Les bretelles : elles sont trop fines et donc inconfortables car le poids de bébé ne se répartit pas bien sur notre dos.
  • La position de bébé : pour une position physiologique, les jambes du bambin sont censées former un M (ses genoux doivent être légèrement plus hauts que ses hanches et son dos bien arrondi). Or, ici, les jambes de bébé pendouillent et son dos et droit.

Pigeons aime :

  • La couleur : argument très faiblard au vu de tous les inconvénients.
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK