On a testé le régime "Comme j'aime" pendant 1 mois: attention danger

On a testé le régime "Comme j'aime" pendant 1 mois: attention danger!
On a testé le régime "Comme j'aime" pendant 1 mois: attention danger! - © Tous droits réservés

C’est le régime à la mode : Comme j’aime. A coup de marketing, ce régime a réussi à s’imposer. Le principe est simple : des plats lights, livrés à domicile. Notre journaliste a testé ce régime pendant un mois pour voir si on peut vraiment perdre cinq kilos comme promis. Un mois, c’est quatre boîtes livrées par la poste : il n’y a aucun produit frais, rien ne va au frigo. Et on est loin du zéro déchet.

500 euros pour un mois 

On a sauté la première étape : payer. Le régime coûte 500 euros pour un mois, en pension complète. On tourne donc autour de 5,5 euros par repas et quel repas ! A y regarder de plus près, certains plats sont vraiment light, très light. Avec environ 1000 calories par jour, pas étonnant que l'on commence à maigrir rapidement en début de régime. Par contre, notre journaliste est intolérant au lactose et les plats ne sont pas adaptés pour lui. Il n'y a eu aucune prise de contact avec un professionnel en début de régime, juste un coup de fil une semaine avant la fin de la "cure". Vous avez la possibilité d’appeler un coach via un 0800, mais l’appel coupe automatiquement après 30 secondes. 

De la bouffe de cantine

Les repas sont principalement cuisinés au micro-onde, ce sont généralement des plats en sauce : au mieux, c'est de la bouffe de cantine. Au pire, une mixture immangeable digne de chez Tricatel : légumes sur-cuits, lasagne bas de gamme, compote de supermarché. "Le hic c'est que ce sont des produits ultra-transformés. Même les céréales ou les pâtes ne sont pas complètes, c'est vraiment une aberration et cela va contre tous les principes d'une alimentation saine", commente Nicolas Guggenbühl, diététicien-nutritionniste. 

Des graves carences en fer

Pour savoir si le "régime" présente des risques de carences, nous avons réalisé plusieurs prises de sang. Résultat : un mois plus tard, le taux de fer de notre journaliste s’est effondré, le docteur lui demande d’arrêter ce régime rapidement. Et au niveau poids : c’est pas terrible non plus, deux kilos perdus au lieu des cinq promis. "Ce régime a surtout un gros inconvénient, il n'y a aucune éducation à l'alimentation. Vous cuisinez tout au micro-onde, c'est facile. Mais quand vous arrêtez le régime, vous vous retrouvez seul face à votre frigo : vous risquez vite de reprendre des kilos", explique Nicolas Guggenbühl.

Bien vu : deux semaines après la fin de son régime, notre cobaye est revenu à son poids initial.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK