Nous avons testé la couverture 4G de Base

C'est la dernière étape de notre série. Après avoir testé Orange et Proximus, place à Base dont le réseau fait partie du groupe Telenet. Selon la dernière carte de l'Institut belge des services postaux et des télécommunications (situation au premier juin 2018), Telenet/Base serait l'opérateur avec une couverture 4G légèrement plus faible que ses concurrents : 99,2% de la population contre 99,87% pour Proximus et 100% pour Orange.

Précisons que les opérateurs nous avaient communiqué des chiffres sensiblement différents de ceux de l'IBPT. 99,7% pour Orange, 99,76% pour Telenet et 99,85% pour Proximus. Dans un cas comme dans l'autre, ça reste théoriquement une belle couverture. Dans la pratique, on se souvient que, pour Orange et Proximus, nous avions trouvé des zones annoncées "couvertes en 4G" qui ne l'étaient pas vraiment (Winamplanche, Crupet, Vêves...). L'inverse était parfois possible aussi (le brise-lames d'Ostende).

Le but du jeu est toujours le même : trouver pour Telenet ces zones où la promesse n'est pas tenue. On doit bien admettre qu'on a eu toutes les peines du monde pour les trouver. Après avoir lancé un appel à témoins sur la page Facebook d'On n'est pas des pigeons et vérifié plusieurs zones, nous n'avons pas décelé de grande faille. Cela ne veut pas dire que Telenet a une meilleure couverture que les autres. La carte de couverture reste d'ailleurs un peu plus clairsemée que celle de ses concurrents. Mais, sa force semble être de tenir ses engagements. Quand l'opérateur annonce de la 4G à un endroit, il y en a. Notre test reste un rapide coup de sonde et n'a pas la prétention d'être exhaustif. Voici les différents lieux que nous avons testés (même en dehors de notre tournage):

 

  1. Signal de Botrange
  2. Robertville
  3. Circuit de Spa-Francorchamps.
  4. Dinant.
  5. Aye-Humain
  6. Pessoux-Haversin
  7. Arbre (Profondeville)
  8. Gares de train bruxelloises
  9. Métro Bruxellois.

Dans cette liste, seuls le signal de Botrange et le village d'Arbre n'étaient pas couverts. Mais, l'opérateur n'y promettait pas de 4G. On peut donc difficilement lui en faire le reproche. 

Le réseau a été entièrement modernisé

Coralie Miserque, porte-parole de Telenet, y voit le fruit d'un investissement important: "Depuis le rachat de Base en 2016, le réseau a été entièrement modernisé. Cela signifie que, d'une part l'intégralité des sites ont été équipés des dernières technologies en matière de 4G et que d'autre part, nous avons densifié le réseau en ajoutant à Bruxelles et en Wallonie plusieurs centaines de sites". 

Le point faible : les transports

Le seul talon d'Achille de Telenet, c'est finalement à Bruxelles qu'on l'a trouvé. Et plus précisément dans les transports en commun. Nous avons commencé par prendre le train de Bruxelles-Midi jusque Bruxelles-Luxembourg pour y réaliser un Facebook live. Dans le tunnel de Bruxelles-Schuman en plein quartier européen, le live a affiché à plusieurs reprises la mention "faible connexion réseau". La 4G n'y est donc pas stable. Une situation reconnue par Telenet. "Les trois opérateurs mobiles se partagent souvent des antennes indoor : à l'intérieur de bâtiments, des centres commerciaux, mais aussi des tunnels. Un opérateur est le "propriétaire" des antennes indoor, les autres opérateurs paient le propriétaire pour utiliser les antennes partagées. Chaque opérateur connecte alors ces antennes avec son propre réseau. Cela signifie que lorsqu'un problème est détecté sur l'antenne du propriétaire, tous les autres opérateurs sont également confrontés au même problème. Dans le tunnel Schuman, nous n’avons pas encore pu ajouter notre nouvel équipement en raison de l’espace limité actuellement dans les installations de l’opérateur propriétaire, une coordination est donc nécessaire avec celui-ci et Infrabel. La mise à niveau est prévue pour le début de cette année", nous détaille Coralie Miserque. 

Sur les cinq gares (Midi, Centrale, Nord, Schuman et Luxembourg), une seule n'était pas complètement opérationnelle. Sur le chemin du retour, nous avons pris le métro et le tram. À part une faible connexion réseau entre les stations Arts-Loi et Parc, nous n'avons plus rencontré de problème. Force est de constater qu'Orange et Proximus réalisaient globalement de meilleures performances en milieu urbain.

Quel est le meilleur opérateur?

Après cette saga en trois épisodes, difficile de répondre à cette question. Le meilleur conseil à donner est de consulter la carte de couverture de l'IBPT. On peut facilement y retrouver sa commune et vérifier quel opérateur est le plus performant dans sa région. Le réseau progresse d'année en année. Mais, ce test nous aura montré que la 4G est encore loin d'être une science exacte.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK