Nos tatoos sont-ils toxiques ?

La plupart des encres de tatouage sont-elles toxiques voire cancérigènes? C'est ce que laissait récemment entendre un magazine français. Pourtant, à y regarder de plus près, ces dangers semblent bien exagérés. 

Vous êtes tatoué(e) ? Savez-vous que ce sont des pigments utilisés dans l'industrie que vous avez sous la peau ? Et même un joli cocktail chimique

Les conclusions du magazine français de consommation

3 images
Tattoo artist table © Getty Images

D’après l'association française de défense des consommateurs, l’UFC Que Choisir, 75% des encres ne répondraient pas aux normes européennes, et présenteraient même un risque sanitaire élevé. Voici ce qu'on peut lire dans le magazine:

"Les analyses d’encres ont révélé la présence de formaldéhyde, de parabens, d’isothiazolinones, de particules de métaux  ainsi que de dioxyde de titane et d’hydrocarbures aromatiques polycycliques ; soit un certain nombre de produits cancérigènes, neurotoxiques ou hautement allergisants."

Pas de panique

Vous trouvez ça alarmant ? Nous aussi. Mais pour les toxicologues, il n’y a pas de quoi paniquer.

Alfred Bernard, toxicologue à l'UCLouvain, se veut rassurant :  

Ce qui se passe ici, c'est que nous avons affaire à des substances qui sont rapidement éliminées.

"La présence de substances n’est pas nécessairement préoccupante.", précise le directeur de recherche. "Tout dépend des concentrations, des doses qui sont absorbées et également de la durée d’expositionOr, ce qui se passe ici, c'est que nous avons affaire à des substances qui sont rapidement éliminées. On dit quelques jours, maximum quelques semaines, si bien que vous n’avez pas d’exposition chronique et donc, en l’absence d’exposition chronique, vous n’avez pratiquement aucun risque."

3 images
© Tous droits réservés

Des amines aromatiques retrouvées dans une étude belge

En Belgique, l’Institut Sciensano (Institut belge de Santé), vient de réaliser une étude similaire. Leurs laboratoires ont analysé 86 encres achetées sur Internet. Des produits de qualité et d'origine différentes. Conclusion: un quart d’entre elles ne devraient pas se retrouver sur le marché.

Dans les 86 échantillons, il y a 25 échantillons qui ne sont pas conformes avec la législation en place.

Comme l'indique Bart Desmedt, le chercheur qui a mené l'étude: "Dans les 86 échantillons, on remarque qu’il y a 25 échantillons qui ne sont pas conformes avec la législation en place. Dans les 25, il y a même 16 échantillons qui contiennent des amines aromatiques primaires trop élevées." 

Ces amines aromatiques, les toxicologues les connaissent bien. Ce sont des contaminants qu’on retrouve notamment dans les colorants et le tabac.

Des risques professionnels surtout

L'usage de certaines de ces amines aromatiques, des contaminants donc, est déjà interdit en cosmétique. Les plus exposés, ce seraient donc potentiellement les tatoueurs, mais cela n’a jamais été démontré.

Ces substances comportent des risques de cancer de la vessie.

Alfred Bernard poursuit l'explication : "Ces substances comportent des risques de cancer de la vessie. A nouveau, ce sont des risques chroniques, liés à des expositions chroniques, à fortes doses, souvent professionnelles."

Il est formel: les encres ne constituent pas un danger pour un usager occasionnel: "Se faire tatouer ne comporte pas de risque à long terme de maladies graves, comme des cancers ou des faits neurotoxiques ou des faits reprotoxiques (= qui affectent les capacités reproductrices, en réduisant la fertilité ou en entraînant la stérilité)."

On peut exclure tout risque à long terme lié à ces substances.

Le toxicologue poursuit: "Les risques qu’il y a - et ils sont décrits depuis longtemps - ce sont des risques de réaction locale de type allergique, infectieuse, voire inflammatoire." Et il conclut: "Mais on peut exclure tout risque à long terme lié à ces substances."

Une nouvelle législation européenne en vue

N'empêche, pour protéger le consommateur de toute substance chimique toxique , l'Europe va enfin se doter d'une législation spécifique sur les encres de tatouage. Elle devrait entrer en vigueur en 2022.

 


Retrouvez "On n'est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK