Lowco : l'app pour consommer local et durable

Lowco : une app pour consommer local et durable
4 images
Lowco : une app pour consommer local et durable - © Lowco

Les commerçants engagés dans une philosophie plus locale et durable sont de plus en plus nombreux. Malheureusement, on ne sait pas toujours vers qui se tourner, puisqu’ils manquent de visibilité sur le terrain comme en ligne ! À chaque problème, sa solution. Voici Lowco, une application mobile qui vous permettra de découvrir les entreprises écoresponsables proches de chez vous !

Kristoffer Berger, fondateur de l’application Lowco, est parti du constat que les artisans écoresponsables n’étaient pas assez visibles et que le consommateur n’avait aucune possibilité intuitive et simple d’accès pour trouver des producteurs locaux. " Il y a énormément d’initiatives, mais en même temps, la population est très peu informée. "

Après plus de deux ans de réflexion, de travail de référencement et de développement, l’application est enfin lancée à la mi-mars 2020. Elle référencie plus de 1500 commerçants triés sur le volet à Bruxelles et en Wallonie et comptabilise déjà plus de 600 téléchargements.

L’application balaie tous les secteurs d’activité. L’idée est de dire que l’on peut consommer local et responsable pour tous nos besoins.

On retrouve ainsi des fournisseurs d’électricité, des magasins de vêtements, des ébénistes et bien évidemment des commerces alimentaires.

Une boussole citoyenne

L’application se présente sous forme de moteur de recherche à géolocalisation. En un coup d’œil, vous trouverez les commerçants proches de chez vous et qui partagent vos valeurs.  " On a identifié 12 badges qui correspondent aux enjeux du développement durable, comme l’économie circulaire, le zéro déchet, etc. Les badges sont attribués aux commerçants en fonction de leurs engagements spécifiques ", explique Kristoffer.

L’application est une sorte de boussole citoyenne qui permet d’orienter nos choix en fonction de nos convictions.

Le projet est participatif puisque chacun peut ajouter des commentaires, faire des suggestions, ou encore avertir lorsqu’une information est erronée. L’objectif est d’être le plus objectif et le plus précis possible. Une forme de garantie citoyenne.

Côté producteurs

Si l’application est totalement gratuite pour le consommateur, elle a un coût pour le commerçant de 8€ par mois.

Urbi Leaf, qui produit des micropousses et revend de nombreux produits issus de l’agriculture locale, s’est lancé dans l’aventure. " On fonctionnait essentiellement en business to business. Avec le confinement, on a perdu plus de 80% de notre marché dans le secteur HORECA. L’app, c’est une excellente manière de développer notre contact direct avec les consommateurs. Ce n’est pas toujours évident d’avoir de la visibilité ", affirme Anne Colonval, cofondatrice d’Urbi Leaf.

Pas encore disponible sur IOS

On veut devenir l’anti-amazon des artisans !

À l’heure actuelle, Lowco n’est disponible que sur Android puisque Apple refuse catégoriquement de la publier. " L’application offre uniquement de l’information. Apple trouve qu’elle n’est pas assez interactive. Mais il faut simplement comprendre que ce qui les dérange, c’est qu’il n’y a aucun flux monétaire via l’application et donc, qu’ils ne savent pas prendre de commission ", critique Kristoffer.

Cependant, suite à la pandémie, il se pourrait bien que l’application évolue rapidement. En effet, de nombreux commerçants non alimentaires ont dû arrêter totalement leurs activités. Lowco veut aider ces personnes à se relancerOn aimerait développer une deuxième version et y intégrer un catalogue de produits avec entre autres des livraisons en ligne et proposer, à la vente, des produits ultra-locaux." explique Kristoffer.

Le développement d’un tel écosystème local est probablement la meilleure manière de résister face à ce genre de crise sanitaire. L’objectif sous-jacent de Lowco est d’encourager une refonte de nos habitudes de consommation durant cette période propice à la réflexion.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK