Liège Airport : mais où est donc Alibaba ?

L'e-commerce prend son envol ? C'est une réalité mais à Liège Airport, il est encore marginal. Pourtant, l'arrivée prochaine du géant de l'e-commerce chinois, Alibaba, pourrait changer la donne. "On n'est pas des pigeons" fait le point sur ce dossier qui provoque des réactions parmi les riverains. 

Tout proche des pistes de l'aéroport de Liège, un terminal train accueille notamment 3 convois hebdomadaires de marchandises en provenance de Chine. 120 containers de la compagnie chinoise ZIH mettent ainsi 18 jours pour parcourir 11.000 kilomètres. Une partie seulement des produits ainsi exportés proviennent de l'e-commerce, de commandes effectuées via internet par des consommateurs européens.

Olivier Hia, directeur de Liège Logistics Intermodal : "Nous ne savons pas ce qu'il y a exactement dans les containers. Mais on peut dire qu'un tiers des marchandises qui vient ici par train pourrait être de l'e-commerce ".

De l'e-commerce en provenance aussi du groupe Alibaba. Cette société chinoise qui cumule tous les superlatifs dans le monde virtuel de la vente en ligne a annoncé sa venue à Liège, il y a un plus d'un an. Mais, ces wagons porte-container appartiennent-ils à Alibaba ? Précision d'Olivier Hia: "Il n'y pas à proprement parler de train Alibaba, pas pour l'instant, en tout cas". 

E-commerce : 3% de l'activité à Liège Airport

Pourtant ce nom issu des contes des 1001 nuits fait rêver, même si aujourd'hui, l'e-commerce ne représente que 3% de l'activité aéroportuaire de fret à Liege Airport.

Il fait rêver mais pas seulement : il attire aussi d'autres entreprises. Cela se mesure concrètement chez ECDC par exemple, une société de dédouanement où tous les colis proviennent de Chine ainsi que le précise Patrick Hollenfeltz, administrateur-délégué d'ECDC : " L'effet d'annonce d'Alibaba nous a permis de rencontrer d'autres clients, d'autres acteurs logistiques chinois. Il y a donc un effet d'entraînement. L'arrivée d'acteurs comme Alibaba ou d'autres acteurs chinois fait que nous sommes passés de 2 à 63 personnes et que nous avons, l'année dernière, triplé notre chiffre d'affaires". 

Où est Alibaba ?

Alors, où se situe donc la société Alibaba à l'aéroport ou plutôt sa filiale logistique Cianiao ?

Nous n'avons même pas été autorisé à filmer la porte de leur bureau. Leur représentant n'a pas dégagé de temps pour nous recevoir. Par contre, nous savons où leur activité devrait se situer : dans la zone fret nord de l'autre côté des pistes sur 3 hectares tout d'abord puis sur 19 hectares ensuite.

Pour Marc Allardeau, de l'association de citoyens  "Watching Alibaba", voilà qui générera notamment un problème de mobilité : "L'augmentation du trafic routier dans un réseau qui est déjà saturé actuellement risque d'être la goutte d'eau qui va faire déborder le vase, le camion de trop qui pourrait entraîner une immobilisation du réseau qui sera nuisible à tous les utilisateurs qui vont pester dans ce réseau  et aussi aux commerces et aux entreprises qui dépendent de mobilité pour avoir un business correct". 

Alors, quelle sera l'importance de l'augmentation du nombre de camions avec le développement d'Alibaba ? Nous avons posé la question au directeur de la logistique de Liege Airport, Bert Selis : "Dans le permis déposé par Cianiao, ils ont décrit le flux qu'ils attendent. Je ne connais pas les chiffres mais ils ont clairement mentionné combien de camions ils attendent, à quelle heure. Ils ont fait des précisions assez précises". 

2000 camions ? 

Nous avons donc consulté le permis unique déposé par la filiale d'Alibaba. Dans un premier temps, il devrait y avoir 360 camions de plus par jour et à terme certainement plus 2000 selon les déclarations à la presse, il y a un an, du directeur général de l'aéroport de Liège.

Liege Airport poursuit son développement. Avec l'installation prochaine d'Alibaba, il devrait encore augmenter l'emploi dans la région... plus de 600 emplois dans un premier temps et prétendre, peut-être, à accéder au top 5 des aéroports de fret européen. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK