Les toilettes le long des autoroutes sont-elles… fréquentables ?

La dernière campagne mise en place le long des autoroutes belges rappelle aux automobilistes qu’il est interdit de profiter de la bande d’arrêt d’urgence pour faire pipi. Bien ! Nous en avons donc profité pour tester les commodités sur les aires de repos de Wallonie. Les WC y sont-ils de bonne qualité ? Propres ? Accueillants ? Ou repoussants ? Enquête sur ce terrain parfois… glissant.

8h30 ce jeudi matin, nous arrivons à l’aire de repos de Fernelmont, sur l’autoroute de Wallonie (E42). Premier constat en posant le pied à l’extérieur : quelques dépôts illégaux d’immondices ont été abandonnés, ici et là. Evidemment, le site n’est pas surveillé et il n’y a pas de pompe à essence sur cette aire de repos. Les incivilités y sont hélas trop nombreuses. Même si la police veille. " Oui, la police domaniale passe ici souvent ", nous explique Héloïse Winandy, porte-parole de la Sofico, qui gère les autoroutes wallonnes. " Un sac d’ordure abandonné le long de l’autoroute, ça vaut 150 euros d’amende. Mais il faut être pris sur le fait ".

Du côté des toilettes, ce n’est pas la joie. Une voiture avait… envie de faire pipi et elle est rentrée dans le bloc sanitaire. Ne riez pas, c’est vrai ! Résultat, les WC sont fermés depuis plusieurs semaines. Heureusement, un container sanitaire a été déposé juste à côté. Surprise : il est plutôt propre. " Tous les jours, les WC des aire de repos sans  pompe à essence sont nettoyés à 7h du matin ", explique Héloïse Winandy.  " Là, il est 9h. Donc c’est encore propre. Mais il suffit d’une personne peu respectueuse et l’endroit est maculé jusqu’au lendemain matin, 7h. Entre les deux moments de nettoyage, on ne peut rien faire ".

En face, sur l’aire de Fernelmont direction Mons, les toilettes sont d’ailleurs dans un état moins agréable. Et il est 9h30. Tags, odeur pestilentielle (et le nettoyage quotidien alors ???), WC style prison, en acier, sans planche, sans papier. Tristounet.

Mais il y a mieux comme WC, bien mieux, sur l’E42. Cap sur l’aire de Verlaine, en province de Liège. Une des plus belles de Wallonie. Inaugurée récemment et gérée par le géant pétrolier Q8. " Les patrons sont des Kowéitiens. Pour la petite histoire, le jour de l’inauguration, ils ont refusé qu’on serve du vin et du cava aux invités " nous explique cet employé. Au-delà de ce petit souci, ici, les WC sont du genre nickel. Mais payants !  70 cents. Un tourniquet bloque d’ailleurs l’entrée. Il faut payer ! Et des files importantes se créent systématiquement aux heures de pointe, à cause des clients qui doivent faire l’appoint d’argent. " L’avantage, nous explique ce commis du restaurant, c’est que vous recevez un bon d’achat de 70 cents valable au shop quand vous allez aux toilettes ". Bref, les 70 cents que vous dépensez pour les WC, vous les récupérez si vous achetez un article à la pompe. Mais comme tout est plus cher ici que dans les magasins traditionnels, l’avantage n’en est pas vraiment un ! Il pousse juste un peu (beaucoup ?) à la consommation.

Dirigeons-nous maintenant vers le Hainaut ! L’aire de Spy. Les toilettes de l’endroit sont devenues très célèbres, depuis le passage d’un certain député. Et comble du comble, les WC sont devenus payants depuis l’événement ! 50 cents. Avec également à la clé un bon à valoir équivalent, pour tout achat au shop. Ici, ce sont les français de Total qui gère l’aire. Et c’est donc un peu moins cher…

Terminons en beauté dans la région de Charleroi. L’aire des Amoudries est célèbre pour ses activités nocturnes, comment dire.., coquines. Mais quand nous y arrivons, il est midi. Et tout est calme. Ceci dit, les camions et les voitures y sont nombreuses. Même en pleine journée. Et le souci, c’est…qu’il n’y a pas de WC !

C’est d’ailleurs peut-être une tendance qui va s’amplifier ", nous explique Heloïse Winandy, de la Sofico. " Quand il n’y a pas de pompe à essence, c’est la Wallonie qui doit financer l’entretien des sanitaires. Et cela coûte très cher. 33 000 euros par an rien que pour l’aire de Fernelmont, par exemple. Il se pourrait donc qu’on diminue le nombre de WC sur les aires dites non-concédées (celle qui n’ont pas été confiées à de grands pétroliers, ndlr), afin de faire des économies ".

Étonnant, surtout que la campagne de sensibilisation lancée récemment encourage les automobilistes à uriner dans les aires de repos. Et qu’il est interdit de faire pipi dans la nature, quand il n’y a pas de toilettes dans les aires de repos en question. Allez comprendre ! En fonction des communes où l’aire de repos se situe, cela peut même valoir entre 50 et 100 euros d’amende d’uriner contre un arbre, à proximité de l’autoroute. Pas donné ! Bref, l’autorité Wallonne encourage le pipi dans les aires de repos et s’apprête en même temps à supprimer certains WC sur ces aires très fréquentées. Un peu tarabiscoté… 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK