Les héros de BD rapportent gros

Astérix et la Transitalique, le trente-septième album des irréductibles Gaulois, sort cette semaine en librairie. L’occasion de se pencher sur le juteux marché des produits dérivés de la bande dessinée. Au-delà des albums, les personnages de BD se déclinent aussi en figurines en plastique, peluches, porte-clés, tasses, t-shirts, biberons, coussins, vélos et tout autre objet destiné à la consommation.

Impossible de passer à côté des produits dérivés

Dans la plupart des magasins de bande dessinée,en plus des albums, on trouve aussi des figurines. Pour les librairies, difficile de passer à côté des produits dérivés. Chez Multi BD, à Bruxelles, la vente des figurines et autres objets liés aux héros de bande dessinée représente tout de même un tiers du chiffre d’affaire global.

Les Schtroumpfs, champions des ventes

Les héros qui se vendent le mieux sont incontestablement les Schtroumpfs. Chez IMPS, société située à Genval et qui gère les droits des petites créatures bleues, on est tout sourire. 700 marques paient actuellement une licence pour exploiter l'image des Schtroumpfs dans le monde. Philippe Glorieux, directeur marketing d'IMPS reste discret sur la manne financière que représentent ces licences. Mais il ne s’en cache pas, les personnages pourchassés par Gargamel rapportent gros: "Les Schtroumpfs représentent un chiffre d’affaire d’un milliard de dollars par an dans le monde".

Parmi les produits les plus achetés, les figurines en plastique. Vendues entre quatre et cinq euros, la note peut vite grimper car, généralement, les enfants en réclament plusieurs. Mais pour Philippe Glorieux, ces petits personnages bleus valent leur prix : "Il y a beaucoup de recherche derrière ces produits. Les enfants les mettent en bouche, jouent pendant des années avec ces figurines qui restent intactes au fil des ans!"

Preuve de leur popularité, les Schtroumpfs se déclinent vraiment à toutes les sauces. Au supermarché, aucun rayon ne leur échappe. Ils s’affichent sur les vêtements, les paquets de céréales, les pots de yaourt, les bouteilles de limonade et même le saucisson. Des ventes boostées par la sortie des différents films sur grand écran.

Un musée consacré aux figurines à Bruxelles

Les Schtroumpfs, Tintin, Astérix et Obélix, Marsupilami, Gaston Lagaffe, Lucky Luke, Spirou,… Nos personnages de bande dessinée sont tellement populaires qu’un musée leur est même consacré près de la Grand-Place à Bruxelles. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, le Moof Museum n’accueille pas que des enfants. Parmi ses visiteurs, essentiellement des adultes. Des touristes qui viennent du Brésil, de Chine et des Etats-Unis pour voir leurs héros préférés en trois dimensions. Pourquoi un tel attachement à la figurine? " Un livre, une fois qu’on l’a lu, on le range. Alors que la figurine permet encore de jouer, de s’inventer des histoires et de nourrir tout un imaginaire ", précise Eric Pierre, administrateur général du Moof Museum.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK