Les diabétiques français paient 20% moins cher certains de leurs dispositifs médicaux

C'est le cas des tigettes des appareils de contrôle de glycémie de la marque Lifescan. Ces tigettes sont destinées à recevoir les gouttes de sang des malades. Introduites ensuite dans un appareil de mesure du taux de sucre dans le sang. La Belgique compte aujourd'hui 600 000 diabétiques alors que la maladie progresse de 5% chaque année. Ces tigettes, les français les paient aujourd'hui 37 centimes l'unité contre 50 centimes en Belgique. Étrange, Lifescan ne distribue en Belgique que des boîtes de 50 tigettes alors que la France reçoit un conditionnement de 100 unités. 

Discrimination entre patients européens

Certains malades ne bénéficiant pas de convention de remboursement montent aujourd'hui au créneau et dénoncent une discrimination entre patients européens. Sur une année, c'est parfois près de 500 euros de différence de prix entre les deux pays qui a été constatée. 

Pour le patron de la pharmacie en ligne NewPharma, Jérome Gobbesso, c'est une nouvelle preuve de la stratégie de certains fabricants de médicaments et de dispositifs médicaux de considérer les patients belges comme étant plus susceptibles de payer leurs médicaments plus chers... ou de ne pas trop regarder aux prix, contrairement aux français. 

Contactée par nos soins, l'Agence Fédérale du Médicament et des Produits de Santé (AFMPS) nous renseigne qu'aucune autorité européenne ne peut contraindre aujourd'hui un fabricant à mettre tous les patients européens sur un même pied d'égalité. Les lois du commerce sont bien plus puissantes que les considérations de santé publique. 

A Givet, un client sur trois est un citoyen belge 

Certains fabricants se "sucrent" donc bien sur le dos de certains patients diabétiques belges.  

La parade, bien sûr, pour ces patients lésés est de se fournir en France. Dans les pharmacies de Givet, un client sur trois est désormais un citoyen belge. Mais là aussi, la stratégie des firmes de médicaments s'organise pour ralentir les achats transfrontaliers. 

Ce n'est pas encore le cas pour les tigettes destinées aux personnes diabétiques mais bien pour de nombreux autres produits. Le complément alimentaire "Omnibionta", par exemple, bien connu chez nous, est ainsi vendu beaucoup moins cher en France sous la marque "Bion3".  Sa version destinée aux femmes enceintes Omnibionta Femina s'appelle Femibion Outre Quiévrain et présente un packaging très différent. Difficile de retrouver certains produits. 

Face à ces stratégies commerciales, les pharmaciens belges appellent à la vigilance car, toujours dans l'optique de brouiller les pistes, les fabricants commenceraient à modifier d'un pays à l'autre les compositions de certains produits de santé. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK