Les communes wallonnes fourniront au minimum un masque par habitant

Les communes wallonnes bientôt prêtent à fournir des masques à leurs habitants
3 images
Les communes wallonnes bientôt prêtent à fournir des masques à leurs habitants - © ti-ja - Getty Images

Le déconfinement progressif a été annoncé le 24 avril par le gouvernement fédéral. Et avec cela, l’importance du port du masque pour limiter la propagation du virus. Dans les jours et les semaines à venir, le port du masque deviendra donc la norme en Belgique. Mais face au manque de résultats concrets du gouvernement fédéral pour fournir cette protection à la population, les citoyens et communes wallonnes ont dû prendre leurs responsabilités.

Il y a un peu plus de deux semaines déjà, le 21 avril, l’Union des Villes et Communes de Wallonie avait demandé au gouvernement fédéral une production nationale de masques, avec pour tâche ensuite de les distribuer au niveau régional et communal. Mais Michel L'Hoost, conseiller presse et communication à l'UVCW déplore : 

On nous avait promis des masques, mais pour l’heure, nous n’avons toujours rien reçu.

La Défense a en effet été chargée par le gouvernement fédéral d’acheter et de distribuer 12 millions de masques en tissu. Mais ceux-ci ne seront livrés qu’à la fin du mois de mai.


►►► À lire aussi : Les masques : comment vont-ils être distribués ?


 

Port du masque obligatoire ou recommandé

Conscient que le port du masque allait devenir obligatoire dans certaines situations dès le 4 mai et fortement recommandé dans d’autres, les communes, avec l’aide des citoyens, se sont organisées elles-mêmes. Par exemple en commandant des masques, en coordonnant les innombrables initiatives bénévoles spontanées (couturières, coursiers …) ou en les aidant financièrement (achat du matériel).  Michel L’Hoost explique :

L’échelon communal ne pouvait pas attendre indéfiniment. Les citoyens et les communes ont donc pris leurs responsabilités pour procurer des masques à toute la population. Avec certes une distribution qui n’est pas totale au moment où l’on en a besoin. 

Désormais, tout le monde recevra, via sa commune, au minimum un masque. Un de plus, puisqu’il faut être honnête, beaucoup d’habitants se sont déjà procurés leurs masques via leurs propres moyens.

Quand vais-je recevoir ce masque ?

Cela dépendra de chaque commune. Dans l’étude que nous avons réalisée, nous avons pu observer que 27% des communes avaient déjà livré les masques à leurs habitants. Pour les 73% restant, la fabrication de masques est en cours. Plusieurs vagues de livraisons sont prévues. Les habitants peuvent espérer recevoir leurs masques dans les jours à venir ", avance Michel L’Hoost.

Même si les situations sont très différentes d’une commune à l’autre, les masques sont majoritairement distribués en porte-à-porte. Pour les grandes villes, comme à Tournai par exemple, des points de distribution sont prévus. Les habitants pourront récupérer leurs masques selon un ordre établi, généralement par tranche d’âge. Accueillant ainsi les seniors en priorité. Personne ne sera oublié puisque les personnes plus défavorisées ou encore les enfants pour lesquels le port du masque est recommandé ont également été pris en considération.

D’où viennent ces masques ?

La grande majorité de ces masques proviennent de circuits commerciaux qui existaient déjà avant la crise. Ce sont parfois des producteurs locaux. Parfois les masques viennent de Flandre où il y a un réel savoir-faire et une tradition du textile. D’autres viennent de France ou de pays plus lointains. Michel L’Hoost poursuit :

J’ai observé dans notre étude le cas d’une entreprise installée en Wallonie, mais qui travaille avec des sous-traitants en Asie, ce qui permet d’avoir des prix plus intéressants… 

Une aide bien reçue

Le gouvernement wallon a prévu une enveloppe de 7,3 millions d’euros pour aider les communes et villes de Wallonie dans leurs dépenses. Cet argent peut être utilisé pour rembourser des achats passés ou pour des achats futurs. Un geste forcément salué par Michel L’Hoost :

On espère cependant que l’addition des frais déjà engagés et des frais futurs rentrera dans ce budget.

Car certaines communes vont plus loin que la seule commande immédiate et planifient encore des commandes au mois de septembre dans l’éventualité que la pandémie se prolonge ou qu’une nouvelle vague se présente à ce moment-là.

Appel à la prudence

Le SPF santé publique appelle cependant à la prudence. Le port du masque ne signifie en aucun cas l’abandon des autres mesures d’hygiène. Le lavage des mains régulier et le respect de la distanciation physique de 1,5 mètre doivent plus que jamais être appliqués et restent essentiels à la lutte contre le coronavirus.

Par ailleurs, pour que le masque soit utile, il est primordial qu’il soit positionné correctement.

" Il faut se laver les mains avant d’utiliser le masque et le toucher par les rubans ou les élastiques. Il faut couvrir adéquatement le nez et la bouche. Pour que le masque tienne bien, le menton doit être pris. Place ensuite à l’ajustement ", précisait Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, lors de la conférence de presse ce lundi 4 mai.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK