Les cimetières se mettent aussi au bio

Les cimetières se mettent aussi au bio !
Les cimetières se mettent aussi au bio ! - © KayTaenzer - Getty Images/iStockphoto

Les cimetières suivent la mode, ils se mettent à la page et se déclinent aujourd’hui en mode bio. Un cimetière bio ? Mais oui, ça existe en Wallonie. Et tout près de chez vous d’ailleurs. A Huy, Tournai, Lasne ou encore Namur, les cimetières changent de look. Finis les graviers sur le sol et vive le retour des herbes folles ! Les cimetières se parent de vert. Vert ? J’espère…

Allez, concrètement, c’est quoi un cimetière bio ? En priorité, c’est un cimetière dans lequel aucun pesticide n’est utilisé. " A Namur, explique Marc Tonneau, ouvrier au service espaces verts, on n’utilise plus de produits FITO. Ni herbicide, ni pesticide. On a donc supprimé les graviers dans les allées. Et l’herbe a pris la place. Mais on tond les chemins, pour qu’ils soient jolis " !

Fini les graviers tristounets : c’est aussi la philosophie de ces cimetières verts. A la place, de la verdure partout. Et même des insectes ! " Oui, renchérit Joël Hautfenne, chef d’équipe environnement à Lasne, chez nous, on a même installé un hôtel à insectes, pour recréer un nouvel  écosystème.  On a même placé des ruches près des tombes. Et la cohabitation est parfaite. Les crapauds s’en donnent à cœur joie dans la mare que l’on a créée. Ce n’est plus un cimetière, c’est un véritable parc ! ".

La vue panoramique sur l’église de Ohain vaut d’ailleurs le détour. Le petit cimetière est vraiment mignon. Et un peu VIP. " Mais oui, ici, le chanteur Marc Aryan repose depuis 1985, explique Laurence Rotthier, bourgmestre MR de la localité. Marc Aryan : chanteur yéyé des années 60, ami de Patrick Hernandez et Marvin Gaye, qui sont venus à Ohain enregistrer leurs tubes ! ". Marc Aryan, chanteur français, auteur de l’inoubliable Oh Cathy Cathy Il repose donc ici, dans ce cimetière labellisé par l’autorité Wallonne. Comme quelques dizaines d’autres du côté francophone.

" Il y aura de plus en plus de cimetière bio, précise Marie Sengier, éco-conseillère à Lasne. La raison ? A partir de 2019, plus aucune commune ne pourra utiliser des pesticides et herbicides dans le domaine public. Bref, toute les villes et communes devront se résoudre à laisser venir la végétation dans les cimetières. JE trouve ça plus apaisant d’ailleurs. Au début, les personnes plus âgées se plaignaient un peu : terrain humide, manque de respect du fait des herbes plus hautes et de la présence des insectes. Mais avec le temps, le public apprécie ce nouvel environnement ".

Un nouvel environnement plus chic. Un peu à l’américaine. Et pas bon marché partout : " Ici à Lasne, le prix pour une concession avec enterrement en pleine terre est facturé 500 euros aux habitants de Lasne, mais 7000 euros aux non-résidents. A cause du prix du terrain dans la région ".

A Namur, le tarif pour les habitant de l’entité est le même : environ 600 euros. Mais c’est seulement 1260 euros pour les non-namurois. A Lasne, c’est donc 6 fois plus cher. Evidemment, si on veut reposer aux côtés de Marc Aryan, on comprend que certains ne se privent pas….

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK