Les bourses aux jouets : un rendez-vous annuel pour beaucoup de parents

La seconde main, c’est plutôt tendance. Nous pourrions même écrire qu’aujourd’hui, la seconde main cartonne. A l’approche de la fête de Saint Nicolas, les bourses aux jouets sont partout. Organisées par La ligue des familles, les écoles, les comités des fêtes, elles sont devenues un rendez-vous annuel pour nombre de parents.

L’achat de seconde main est désormais décomplexé. Acheter une partie des jouets des enfants sur une bourse ? De moins en moins de parents y voient un problème.

L’argument financier reste déterminant dans le choix de la seconde main. Pour beaucoup de familles, acheter d’occasion permet d’alléger le budget.

Mais de plus en plus, il s’agit aussi de consommer autrement, de donner une seconde vie aux objets. Lutter contre le gaspillage et réduire ses achats sont dans l’air du temps.

C’est typiquement le genre de cadeau acheté la veille du 6 décembre par peur de pas avoir assez… Qui n’a jamais été ouvert

Nous nous sommes rendus à la bourse aux jouets et vide dressing du personnel de L’ULiège. L’évènement rassemble une centaine d’exposants. Ce dimanche-là, il y avait foule dans les allées. Les tables débordent de vêtements, de chaussures, et bien sûr de jouets. Des jouets parfois neufs, encore dans l’emballage. Un exemple parmi tant d’autres, le jeu de plateau Scotland Yard, un classique de Ravensburger qui traverse les générations, encore vendu dans le commerce aujourd’hui. Vendu 10 euros, il coûte environ 30 euros en magasin de jouets. "C’est typiquement le genre de cadeau acheté la veille du 6 décembre par peur de pas avoir assez… Qui n’a jamais été ouvert" sourit une vendeuse.

Les jeux de société, par exemple, complets et en bon état, sont bradés au tiers du prix plein environ. De très beaux jouets, qui bien souvent ont à peine servi. Attention tout de même aux jeux incomplets. Au risque d’une grosse déception au moment du déballage…

Les livres sont encore plus avantageux. Livres illustrés ou livres de poche sont souvent vendus un ou deux euros, rarement plus de trois euros. De quoi faire plaisir sans se ruiner.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK