Le vélo électrique, une chouette alternative au vélo traditionnel

Aujourd'hui, il y a une seule image sur toutes les unes des journaux, sans aucune exception ! On peut y voir Philippe Gilbert, avec son vélo, qu'il brandit au-dessus de sa tête, après avoir remporté le tour de Flandres ... Ce qui peut donner l'envie de s'y remettre, au vélo. Mais pas n'importe lequel ... 

On se remet donc au vélo électrique ! Par exemple, pour effectuer le trajet de la gare à la maison, les petites courses en ville, et pourquoi pas des belles balades là où ce n'est pas toujours tout plat ! Et le vélo électrique ... C'est bon pour le portefeuille. Car il fait gagner du temps ... et le temps, tout le monde le sait, c'est de l'argent.  

D'après les chiffres de Touring, un belge sur quatre habite à moins de cinq kilomètres de son travail. Un deuxième belge sur quatre habite à moins de dix kilomètres de son travail. Et dans la plupart des cas, il irait plus vite au travail à vélo qu'en voiture. Et cela, en vélo électrique. Surtout s'il y a l'une ou l'autre petite côte qui peut décourager à l'avance de prendre le vélo plutôt que la voiture.  

Deux types de vélo électrique

Cela dit, pour un vélo électrique, il faut compter entre 800 et 2 700 euros. Renaud De Bruyn, représentant de l'ASBL Ecoconso, nous aide à faire les bons choix de consommation, en termes de santé et d'environnement : "En général, le minimum pour un vélo électrique, c'est autour des 1 600 euros. Mais pour la plupart des modèles, nous sommes autour des 2 000 euros. Et là, vous êtes assuré d'avoir un bon vélo et notamment un modèle avec un moteur dans le pédalier. 

Il y a deux types de vélo électrique : 

  1. Ceux avec le moteur dans le moyeu, donc dans une des deux roues, à l'avant ou à l'arrière 
  2. Ceux avec le moteur dans le pédalier, qui sont plus agréables à utiliser. Ils sont aussi un peu plus efficaces, mais ces modèles sont les plus chers.

Cela dit, ça ne veut pas dire que ceux avec le moteur dans le moyeu ne vont pas fonctionner, mais le moteur dans le pédalier est plus agréable. 

Le vélo électrique, c'est évidemment un vélo classique auquel on a ajouté un moteur. Les modèles sont de plus en plus adaptés à l'électrique, c'est-à-dire que les moteurs sont de plus en plus discrets. Par exemple avant, c'était un peu bricolé, maintenant vous avez des modèles très intégrés. Si vous avez la possibilité, testez les deux types de vélo et vous vous ferez votre propre idée. Ceci-dit, la batterie est un élément important. Surtout au niveau de sa capacité, c'est-à-dire au niveau de la quantité d'énergie qu'elle va pouvoir emmagasiner et cela va jouer sur l'autonomie que vous pouvez avoir".

Possibilité de tester le vélo électrique

Il est aussi possible de tester le vélo électrique durant un mois en Wallonie. En effets, 34 marchands de vélo (les vélocistes) associés à l'opération "Je teste l'électrique", proposent tous deux vélos pendant un mois, disponibles en prêt dans leur boutique. En tout, 2 448 wallons pourront tester un vélo et éventuellement l'acheter. Renaud De Bruyn ajoute que "Vous pouvez aussi, dans certains points vélo en Wallonie, testez un vélo électrique avec un cadenas et une assurance en payant tous les mois et au bout de la période d'essai, vous décidez si vous le choisissez ou pas".

Il insiste aussi sur le fait que "La seule chose différente d'un vélo classique pour l'entretien, c'est qu'il y a différents éléments qui peuvent un peu plus souffrir que sur un vélo classique, sachant que le vélo électrique est plus lourd et que vous allez plus vite qu'avec un vélo classique. Vous utiliserez donc plus souvent les freins. Au niveau du moteur, il n'y a pas vraiment d'entretien particulier. Pour la batterie, il faudra la changer après un certain nombre de kilomètres ou quelques années. Cela dépend de la qualité de la batterie, comment on la recharge et comment on l'utilise".

Pour plus de détails, vous pouvez vous rendre sur le site d'Ecoconso

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK