Le sommeil fragilisé durant cette période de coronavirus

Le sommeil fragile
4 images
Le sommeil fragile - © Maskot - Getty Images/Maskot

Vous avez peut-être du mal à trouver le sommeil pendant cette période de confinement ?

Le confinement perturbe notre vie mais aussi notre sommeil.

La situation que nous vivons en ce moment peut générer du stress et de l’anxiété dans les familles. On est parfois plus inquiet en cette période très particulière et ça, les enfants le ressentent !

Ensuite, les enfants n’ont plus le même rythme du vie, ils ont moins de repères : école, activités parascolaires, devoirs, souper. Ce rythme est pourtant très important pour le sommeil. Pour les parents, il n’est pas facile non plus de s’occuper des enfants en permanence. En tant que parents, on lâche parfois du lest et les enfants passent plus de temps devant leurs écrans.

Le docteur Jean-Benoît Martinot, spécialiste du sommeil, nous explique : " Quand on est confiné, on n’a plus les effets d’entraînement du lever et du coucher qui sont liés à nos activités professionnelles, sociales, ou encore sportives. Ces absences de routines vont déstabiliser notre horloge biologique centrale et nos horloges périphériques qui y sont connectées. "

Par exemple, les horaires de nos différents repas peuvent être perturbés. Or, on sait que l’on a dans le tube digestif, des horloges cellulaires qui viennent informer notre horloge centrale que c’est le bon moment de relarguer de la mélatonine, histoire de donner du sommeil soutenu tout au long de la nuit. A partir du moment où il y a moins de repères, si on n’a pas ces donneurs de temps tels que les activités professionnelles, les horaires de repas, les moments de relation à l’autre, et bien ces horloges périphériques et centrales sont troublées. Les sécrétions d’hormones liées au sommeil en dépendent.

Conserver un rituel du coucher

Dormir en période de coronavirus, certains y arrivent épuisés par les émotions de la journée, d’autres perdent le sommeil en pleine nuit, et n’arrivent plus à se rendormir.

Nous avons tous une horloge biologique du temps, chaque individu a son propre rythme selon ses activités. Tout a été bouleversé avec le confinement dû au coronavirus.

Pour contrer cette dégradation du sommeil, il faut essayer de recréer un rythme.

Pour les plus jeunes, c’est par exemple conserver un rituel du coucher. C’est important de conserver ce moment privilégié, il peut apaiser les enfants.

Même si pour la grande majorité, les enfants et adolescents ne devront plus retourner à l’école, il est souhaitable également de garder des heures raisonnables de coucher, il ne faut pas aller dormir à n’importe quelle heure.

Pour les adultes, en plus de ce dérèglement de notre vie, si on ajoute une consommation d’alcool hors norme, le cocktail pour ne pas dormir devient alors explosif !

Attention aux écrans

Pour le docteur Jean-Benoît Martinot, spécialiste du sommeil," l’impact de nos écrans actuellement dans le travail mais aussi lors de loisirs, associé à l’anxiété a un effet sur la qualité de notre sommeil. "

L’idéal c’est que petits et grands ne soient pas exposés aux écrans avant d’aller dormir.

Pour les enfants l’idée est plus facile à faire respecter, pour les adolescents c’est une autre histoire, il est souhaitable de dialoguer avec eux pour trouver une ligne de conduite acceptable.

Nos ados ont naturellement des rythmes de sommeil décalés, il faut en tenir compte dans nos exigences. Pour le lever, trouvons en dialoguant une heure raisonnable. Il faut tenir compte du fait que depuis quelques mois, leur vie a été chamboulée à tous les niveaux, nous devons pouvoir les entendre dans leurs difficultés à trouver un nouveau rythme de vie. Il s’agit d’une situation exceptionnelle qui passe sans aucun doute par le dialogue. Un apaisement familial qui devrait nous aider aussi à mieux dormir.

Quels conseils donnés pour mieux dormir ?

Prendre la lumière dès que possible, pratiquer une activité physique tous les jours, elle va aider au sommeil profond. Ne pas faire de sieste, des repas équilibrés à heure régulière, ne pas manger trop tard. Essayer de garder des interactions sociales par téléphone vidéo. Privilégier la balade du soir !

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK