Coronavirus : la "ruée" vers le ravintsara pose question

Pedro est père de trois enfants. Lui qui d’habitude est peu attiré par l’aromathérapie et les huiles essentielles, il a voulu faire son stock dans les premiers jours du confinement. "Quand j’ai découvert que le ravintsara avait des propriétés intéressantes, j’ai voulu vite en acheter mais malheureusement, il n’y en avait déjà plus. C’est fou. Je ne savais pas que ça pouvait partir aussi vite que des petits pains".

Pour se rendre compte du phénomène, nous avons contacté plusieurs pharmacies, dans des régions différentes, histoire de mieux voir son ampleur. Morceaux choisis : "Nous avons été dévalisés", s’exclame une pharmacienne namuroise.

A Mons, "c’est incroyable, nous observons un gros pic dans les ventes du ravintsara ces derniers jours".

Idem à Bruxelles où un pharmacien ajoute que "le tea tree et l’origan sont aussi très demandés".

Dans le Brabant wallon, une parapharmacie précise :  "C’est problématique car on en reçoit au compte-gouttes… Cinq à six flacons par semaine. Les laboratoires ont du mal à suivre la cadence. Et nous aussi. A peine arrivés, ils sont vendus".

Quelles seraient les vertus du ravintsara ?

Attention, le ravintsara n'est pas un remède contre le coronavirus !

Pour ceux qui ne sont pas coutumiers des huiles essentielle,  Quelles seraient les vertus du ravintsara ? 

"Le ravintsara est un antiviral à large spectre, c’est-à-dire qu’il va toucher toute une série d’agents pathogènes, répond le naturopathe Régis Close. Il agit en préventif pour stimuler l’immunité mais aussi en curatif, d’où son utilisation fréquente en période de grippe". Précisons, "curatif" dans le cas de certaines infections. Pas question de le voir comme une réponse aux symptômes actuels du Coronavirus...

L’huile essentielle de ravintsara est extraite des feuilles des camphriers de Madagascar. D’où son nom exotique qui signifie en malgache "bonne feuille", ce qui en est extrait étant généralement bien toléré par toute la famille.

Nous avons contacté des médecins. Pour le premier "Les huiles essentielles font certes partie du savoir ancestral mais aucune preuve scientifique tangible n'existe". Et il précise: "Le ravintsara ne guérit pas  mais ça aide. Ca ne doit pas remplacer un traitement et surtout pas dans la cadre d'une suspicion de grippe". 

"On entend tellement de choses en ce moment", déplore Alexandre Providas, médecin généraliste lui aussi." C’est comme ceux qui pensent que la chloroquine mise en avant par Didier Raoult est LA solution. Je suis désolé mais il faut attendre le résultat des études pour l’affirmer. L’anxiété liée au confinement est telle que tout le monde essaie de se rassurer avec tout et n’importe quoi… Je ne dis pas que les huiles essentielles ne servent à rien. Utilisées avec prudence, pourquoi pas… Si elles ont un effet placebo, c’est toujours ça de pris. Mais cela ne va pas soigner le coronavirus. Le plus important, et ça n’engage que moi, c’est surtout de porter un masque. Ça, oui, c’est efficace. Malheureusement, il n’y en a pas assez ".

Attention, il ne s'agit pas là d'un remède miracle, même pour une grippe classique et la prudence doit rester de mise avec les huiles essentielles. Une utilisation trop longue pourrait causer des réactions allergiques. Elles sont d’ailleurs fortement déconseillées aux femmes enceintes et jeunes enfants. Un conseil de votre pharmacien reste donc souhaitable avant son utilisation.


►►► À lire aussi : Manger du fenouil, boire des produits chimiques… ces faux remèdes contre le coronavirus


 

2 images
Les vertus du ravintsara © SCIENCE PHOTO LIBRARY - Getty Images/Science Photo Libra
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK