Le prix de l'électricité chute : faut-il changer de fournisseur ?

Le prix de l'électricité chute : faut-il changer de fournisseur ?
Le prix de l'électricité chute : faut-il changer de fournisseur ? - © Shidlovski - Getty Images/iStockphoto

C’est peut-être la seule bonne nouvelle pour le portefeuille des Belges en cette période de confinement, les prix des différentes énergies sont en baisse, c’est donc le moment de contacter son fournisseur pour obtenir des tarifs préférentiels.

En Belgique, beaucoup d’entreprises, de services, d’écoles et de bureaux sont contraints de fermer leurs portes. On identifie une baisse d’environ 15% de la consommation d’électricité sur le territoire d’après Damien Ernst, spécialiste de l’énergie à l’Université de Liège. Mais dans les foyers, malgré le confinement, on ne consomme pas forcément plus que d’habitude.

Qui consomme le plus aujourd’hui ?

Tout ce qui fait du chaud ou du froid !

Ce qui absorbe principalement de l’électricité chez vous ce sont les gros électroménagers : machine à laver, réfrigérateur, four, etc. Ce ne sont donc pas les écrans d’ordinateur et les éclairages (d’autant plus que beaucoup sont équipés d’éclairages LED aujourd’hui) qui pèsent sur votre facture.

On observe en plus une répartition de la consommation sur la journée, là ou avant il y avait de gros pics lorsqu’on rentrait du travail.

De plus, avec les très beaux jours qui nous accompagnent pendant le confinement, les propriétaires de panneaux photovoltaïques voient leur compteur tourner à l’envers. Sur le marché c’est une consommation qui ne se fait pas : là où on aurait pu avoir une répercussion sur les foyers, elle est bien moindre.

L’électricité moins chère ?

Conséquence de cette baisse d’activité, le prix de l’électricité est en chute et lorsque votre fournisseur achète de l’énergie sur le marché, il fait des économies.

C'est maintenant ou jamais : changer de fournisseur d'électricité ou négocier votre contrat !

C’est donc l’occasion rêvée pour le consommateur de comparer maintenant le prix des fournisseurs, d’en changer ou de demander au sien de s’aligner sur le prix d’un autre.

La plupart des Belges ayant signé des contrats à taux fixe sur 3 ans, il ne faut pas hésiter à en changer quand les tarifs sont plus avantageux. En Belgique, rien ne vous lie sur une période à un fournisseur [th1], vous êtes libres d’en changer quand vous voulez ou de renégocier votre contrat.

Toujours d’après Damien Ernst, il y a pratiquement 25% d’économies à faire sur sa facture actuelle pour certains contrats.

Le gaz à renégocier aussi

En plus du contrat d’électricité, il peut être une bonne idée de repenser son contrat de gaz en même temps.

D’une part, les températures en journée remontent doucement et la consommation baisse. Mais surtout, les usines à gaz stoppent leurs activités. Les énergies renouvelables et le nucléaire fonctionnent très bien et suffisent largement à répondre à nos demandes d’énergies.

Le gaz est aussi moins cher, ne l'oubliez pas dans votre négociation.

Il y a jusqu’à 12% d’économies à faire d’après Damien Ernst.

Mazout plus avantageux encore ?

Le cas du pétrole est connu depuis plus de temps. Beaucoup n’ont pas attendu pour remplir leur cuve à mazout. Pourtant, notre spécialiste de l’énergie invite à regarder le tableau dans son ensemble.

Aujourd’hui, la consommation mondiale de pétrole a baissé de près de 20%. Par conséquent, les producteurs continuent de pomper mais sont forcés de stocker ! Damien Ernst l’affirme : " Dans 15 jours, on peut estimer qu’il n’y aura plus d’espace de stockage. Aujourd’hui, on remplit des pétroliers qui stationnent en pleine mer en attendant de savoir où ils pourront vider leur cargaison. Cette situation ne peut pas durer éternellement et à un moment il n’y aura plus d’espace de stockage. Le prix du baril de pétrole ne pourra que chuter car un producteur préférera toujours vendre à bas prix que de ne pas vendre du tout. "

L’essence, le diesel et le mazout seront encore moins chers que maintenant !

Pour le consommateur, ça veut surtout dire que lorsque ce point de rupture sera atteint (s’il est atteint, il ne faut pas oublier que la Chine relance tout doucement ses activités), l’essence, le diesel et le mazout seront encore moins chers que ce qu’on connaît pour le moment.

Si on fait le cumul du budget entre l’électricité, le gaz et le mazout, il y a des économies qui peuvent atteindre 700 à 800€ par an dans le portefeuille d’un ménage. C’est donc le moment d’y penser.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK