Le pound, le nouveau sport qui donne envie de faire du sport

Le pound, une discipline sportive d'un nouveau genre, utilise comme unique accessoire, des baguettes de percussion. Il n'est pourtant pas question de répétition d'orchestre. C'est bien une séance de sport qui se prépare ce jour-là dans une salle de fitness de Hannut.

Mais à quoi peuvent-elles bien servir ces baguettes? Pour Olivier Dachelet, professeur de pound, elles ont une rôle bien précis. "Il n'y a pas vraiment d'engagement musculaire plus important dans le sens où ce sont des baguettes très légères. Par contre, ça va vraiment permettre au pratiquant, justement, d'avoir une meilleure conscience de leur espace en tout cas et de la gestion de l'espace de travail. Les baguette en fait, vont vraiment être utilisées comme prolongation du bras et ça va amplifier le mouvement." Les baguettes colorées semblent sortir d'un jeu d'enfant. Mais détrompez-vous! La pratique est moins simple qu'elle n'y parait, comme en témoignent les adeptes de cette nouvelle discipline. "Moi, j'ai un peu un problème de justement de coordination de rythmique, donc, c'est un peu difficile. Les filles ont plus facile que moi, mais voilà!", "Quand on regarde, ça semble facile, mais après, c'est dur.", "Franchement, je pensais que jamais je ne transpirerais. Depuis que je fais du pound, je transpire." Ça fait transpirer, sans aucun doute, mais plus précisément, quelles sont les parties du corps sollicitées par le pound? "Tout ce qui est muscles du bas, surtout les cuisses. Enfin moi, je le sens dans les cuisses. Après ça dépend de chacun, mais c'est surtout les cuisses." "Pour le moment, je travaille beaucoup ça, le fessier, les cuisses... Ça fait très mal, mais c'est très sympa. A la fin, tu rentres à la maison, tu te dis : "Ah! Mes belles fesses... pardon!" "Ça travaille tout le corps. Ça travaille terriblement le cardio. Il y a le cœur qui pompe à tout à l'heure."

Un cocktail attrayant

La discipline fait travailler le corps entier apparemment. Mais ce qui en fait son succès, c'est bien plus que cela. C'est une accumulation d’éléments. "Ce qui est si agréable, c'est la musique. C'est aussi le professeur qui donne bien son cours et voilà... et le fait de bouger." "Le groupe, la musique, la danse, parce qu'on danse un petit peu, la choré, tout ça, ça aide, c'est différent. J'aime bien." Cette combinaisons en fait un sport très ludique. Après une journée de travail stressante, il serait particulièrement indiqué, selon le professeur Olivier Dachelet : "C'est vraiment le fait que c'est un exutoire, quoi. Comme beaucoup de cours collectif, c'est un peu ça le but, c'est de se vider l'esprit et la tête et ici, ça permet vraiment de le faire à fond, quoi." Le pound aura été pour une de ses pratiquantes rencontrée ce jour-là, une révélation : "Je ne suis pas sportive pour un sou. Je déteste faire du sport, vraiment et depuis que je viens au cours de pound, j'ai vraiment plaisir à venir faire du sport, énormément de plaisir en faisant du sport." Le pound réussit finalement ce que bien d'autres disciplines peinent à faire : concilier effort et plaisir.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK