Le nitrite dans nos charcuteries bientôt interdit ?

Le nitrite est vraiment partout. Au rayon charcuterie, ce conservateur qui porte le doux nom de "E250" est quasi omniprésent.

Risques avérés

En parcourant les listes d’ingrédients des paquets de jambons cuits dans un rayon de grande surface, nous avons fait les comptes. Rien que pour le jambon cuit, qui ne représente qu’un type de charcuterie, sur vingt produits différents, deux seulement n’en contiennent pas. Pourtant ces nitrites continuent à faire débat.

50 gr de charcuterie par jour augmentent de 18% les risques de cancer colorectal.

En France, des parlementaires cherchent à l’interdire, car le nitrite n’est pas sans risque pour la santé et cela semble aujourd’hui incontestable, comme nous l’affirme Anne Boucquiau, médecin et porte-parole de la Fondation contre le Cancer : "Le Centre International de Recherche contre le Cancer a classé les charcuteries dans les facteurs cancérogènes avérés, c’est-à-dire avec un niveau de preuves scientifiques très élevé, donc, a recommandation par rapport à cela, c’est d’en consommer le moins possible." Car on estime que cinquante grammes de charcuterie par jour augmentent de dix-huit pour cent les risques de cancer colorectal.

Ce n’est pas le pire

Mais relativisons, nous dit aussi le docteur Anne Boucquiau, porte-parole de la Fondation contre le Cancer : "Il faut mettre aussi en perspective le nombre de cancers que ça va pouvoir provoquer. Si on compare par exemple avec d’autres agents cancérogènes, qui sont aussi avérés, comme le tabac, on arrive à un niveau de dangerosité qui est tout à fait incomparable."

La charcuterie ferait en effet moins de ravages que le tabac, or les cigarettes sont toujours bien en vente libre chez nous. Fumer augmenterait les risques de contracter un cancer des poumons de 2500%.

Personne ne semble donc, pour le moment en Belgique, pousser à l’interdiction des nitrites. C’est au consommateur à prendre ses précautions. Il doit savoir que tout n’est pas bon dans le cochon… au nitrite.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK