Le logement de vacances insolite a la cote en Wallonie

Le logement de vacances insolite a la cote en Wallonie
Le logement de vacances insolite a la cote en Wallonie - © welcomia - Getty Images/iStockphoto

On a beau être en automne, ce n'est pas une raison pour ne pas déjà préparer les vacances. Les professionnels du tourisme, eux, en tout cas, y pensent pour vous. Hier, ils avaient rendez-vous au Wex de Marche-en-Famenne, où se tenait un salon dédié au tourisme en plein air. Nous avons arpenté les allées du salon pour découvrir les dernières tendances.

Fini la bonne vieille caravane

Place aux logements insolites! Et le matériaux-roi, c'est le bois! C'est la tendance, nous confie la gestionnaire d'un camping, les gens prônent le retour à la nature. Le bois et la pierre ont la cote. Nous découvrons ainsi une caravane d'un genre nouveau. Un look design, toute boisé, moderne et super équipée. Elle trouvera sa place au milieu des bois ou dans un cadre exceptionnel. Entièrement autonome, ce 18 mètres carré se vend à 70 mille euros. Un peu plus loin, on découvre une luxueuse tente africaine ou un container aux allures de petit appart. Mais la tendance est aux mini maisons mobiles, ce sont les tiny house. Elles sont destinées aux campings ou aux gîtes, mais pas seulement. Elles peuvent servir de logement d'appoint dans un jardin ou d'annexe pour ado turbulent. Leur prix oscille entre 30 et 55 mille euros. Même esprit pour cet autre module au look de ruche. Un mini studio déjà disponible pour la somme de 6800 euros.

Le traditionnel mobilhome a toujours la cote, mais pour les budgets plus serrés, il existe aujourd'hui la Caretta, une sorte de petite remorque en forme de coque. Mini cuisine à l'arrière, lit deux places à l'intérieur, c'est la formule idéale pour voyager léger et se déplacer en toute liberté. Accessible pour 10 500 euros.

Pas de doute, le logement insolite a la cote, en Wallonie. D'ailleurs, les pouvoirs publics veulent même encourager leur développement en leur octroyant 10% de subventions supplémentaires.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK