Le halal, un argument commercial ou religieux?

Le Halal, c’est ce qui est licite, autorisé. Et pour un musulman, c’est aussi ce qui est conforme aux prescrits religieux : ne pas boire d’alcool, ne pas consommer de porc et, s’agissant de la viande, elle doit être abattue selon une méthode rituelle.

Dans les épiceries qui respectent ces interdits, on trouve donc naturellement des charcuteries, des boissons sans éthanol, des bonbons sans gélatine de porc notamment et, aussi depuis quelques années, des produits qui portent le label "halal" de façon plus surprenante. 

Mehdi Mechbal est importateur et il s’en étonne. Il faut bien dire que c’est parfois devenu un label marketing, dit-il ; on fait du business avec le halal en estampillant des produits pour lesquels cela n’a aucun sens, comme du shampoing ou des pois chiches. Preuve que ce marché suscite des appétits : sa croissance est supérieure à celle du bio, les grandes enseignes s’y mettent aussi.

Dans ce Carrefour du nord de Bruxelles, quelques mètres carrés sont dédiés à la nourriture halal; on y trouve des aliments en provenance du Maghreb ou de Turquie mais aussi du lait luxembourgeois ! Pourquoi ? Parce qu’en réalité, ce logo est surtout un sésame à l’exportation.

Le halal, un must pour pénétrer certains marchés

Marc Deschamps, manager du club halal de l’Awex, précise : c’est devenu un must pour pénétrer certains marchés comme l’Indonésie ou la Malaisie mais cela peut aussi ouvrir des portes dans des pays où il y a une population musulmane significative. Il faut d’ailleurs parfois cumuler différentes certifications pour avoir accès à des marchés établis dans différents pays. 

Pas mal d’enseignes belges font donc certifier leurs produits "halal" mais la plupart d’entre elles refusent d’en parler, considérant que ce n’est pas un argument qu’elles veulent mettre en avant dans leur communication. La chocolaterie Belvas, elle, a accepté de nous expliquer sa démarche : " Nous avons été sollicités par des entreprises bruxelloises et surtout par un client établi à Dubaï, c’était donc une opportunité de capter une nouvelle clientèle" précise Thierry Noesen, gérant de l’entreprise. "Nous mettre au halal ne présentait pas de réelle difficulté puisque nous produisons en bio. Concrètement, nous avons dû introduire une demande d’agrément auprès d’un organisme certifié ; après avoir vérifié administrativement nos procédures de fabrication, la liste de nos ingrédients, un imam est venu dans l’usine pour vérifier la conformité entre ce que nous annonçons et ce que nous fabriquons."

Qui agréée ces certificateurs ? C'est très flou : ils peuvent venir du privé ou de certaines mosquées mais chez nous, leur activité n'est pas régulée. En Belgique et en Europe constate Marc Deschamps, il faut bien reconnaître qu’il y a un no man’s land juridique ; il y a bien eu des tentatives d’harmonisation au niveau européen mais jusqu’à présent, elles ont échoué. Et les certifications étant payantes – entre 1500 et 5000 euros - certains y voient une opportunité de développer une activité commerciale lucrative…

La plupart des activités commerciales sont concernées par le halal

Aujourd'hui, la plupart des activités commerciales sont concernées : on peut se nourrir, se financer, se maquiller et même voyager halal. En témoigne le site Booking et sa déclinaison halal. Pour la Belgique, le seul hôtel "muslim friendly" référencé, c’est la maison d’Edouard à Gand. Son propriétaire nous explique sa démarche : "Notre hôtel est évidemment ouvert à tous ; simplement, nous avons des attentions auxquelles sont sensibles les personnes de tradition musulmane et qui respectent leur traditions". A la demande, les clients peuvent ainsi disposer d’un tapis de prière dans la chambre, d’un Coran et d’une douchette pour les ablutions ; au-delà, l'hôtelier est susceptible d’indiquer une mosquée ou un restaurant halal.

Ces différents exemples en attestent : il y a aujourd’hui 25 millions de musulmans en Europe et leur nombre doublera d'ici 2050. C'est l'un des marchés en plus forte croissance, et l'argument du halal s'inscrit aussi dans cette perspective...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK