Le déconfinement, le bon moment pour inverser la tendance des kilos en trop !

Le déconfinement, le bon moment pour inverser la tendance des kilos en trop !
5 images
Le déconfinement, le bon moment pour inverser la tendance des kilos en trop ! - © Blend Images/John Fedele - Getty Images/Tetra images RF

Un Belge sur quatre a grossi durant le confinement !

Les grignotages, les apéritifs, de bons petits plats plus copieux, la redécouverte des pâtisseries maison, la sédentarité forcée ont fait que 57 % de la population se sent un peu à l’étroit au niveau de la ceinture. Les Belges ont pris en moyenne 2 à 3 kilos en deux mois.

Que s’est-il passé pour en arriver là ?

On a pris le temps de cuisiner, c’est une bonne chose en soi mais on n'a pas hésiter à se faire plaisir : bons pains, brioches, gâteaux, biscuits et autres saveurs sucrés ont faire fureur. En outre, quand on teste de nouvelles recettes, on ne fait pas toujours attention aux calories derrière.

Ce qui a changé également, c’est le grignotage, beaucoup plus présent durant le confinement. En travaillant chez soi, on grignote plus qu’au travail. C'est facile d’ouvrir une armoire ou encore le frigo. Et puis pour ceux qui ne travaillaient pas, l’ennui associée à de l’anxiété au vu de la situation entraînent souvent du grignotage. Evidemment pour certains, un stress important peut amener à avoir l’estomac coupé et inversement, à ne pas manger.

Autre élément qui a favorisé la prise de poids, les apéros. Les apéros en famille ou entre amis en vidéoconférence permettaient de maintenir encore un lien social. Peu ont pu se passer de ce moment privilégié, c'était l'activité attendue et incontournable de la journée ! En temps normal, c’est clair, on ne prend pas l’apéro aussi souvent. C'est plutôt réservé au week-end uniquement.

Que faire maintenant ?

Pour Sylvie Vandenbussche, diététicienne, il est temps de reprendre les choses en mains. " Avec le début du déconfinement, il est intéressant d’avoir un prise de conscience de la situation. Durant le confinement, nous nous sommes laissés aller au niveau de nos comportements alimentaires. Profitons de cette remise en route progressive pour faire des efforts : ne plus prendre l’apéro tous les jours, moins de plaisirs sucrés, moins de plats trop caloriques. Ces extras ne sont pas à bannir mais doivent redevenir des moments occasionnels. Par exemple : pendant 5 jours je fais attention et le week-end, je peux un peu me lâcher."

Il est temps de revenir à une fréquence de consommation normale. Les extras doivent rester occasionnels.

Cela permettra de ne plus prendre des kilos mais pour en perdre, il faut aussi être plus strict. Pour Sylvie Vandenbussche, il faut également jouer sur les quantités : " Reboire beaucoup d’eau, se détourner des jus et des softs, arrêter les boissons sucrées. Avoir également une grande maîtrise des féculents, beaucoup de légumes et arrêter les grignotages. Continuer bien évidemment à prendre le temps de cuisiner, mais avec des légumes de saison. "

Le déconfinement sonne avec une reprise des choses en main, si on ne réagit pas, les kilos vont continuer à arriver, c’est clair ! Pour conclure, Sylvie Vandenbussche précise encore : " La phase de déconfinement c’est une annonce de la fin des excès alimentaires. Je fais attention à ce que je mange et je garde une activité physique."

On n’a rien sans effort. Si on profite du retour progressif à la normale, de ce nouvel élan pour réagir, on s’installe alors dans une spirale positive.