Le confinement a-t-il réellement fait augmenter les ventes d'alcool ?

Le confinement a-t-il réellement fait augmenter les ventes d'alcool ?
Le confinement a-t-il réellement fait augmenter les ventes d'alcool ? - © Bill Oxford - Getty Images/iStockphoto

Voilà bientôt trois semaines que les bars et restaurants sont fermés. Avec pour conséquence, un impact sur la consommation d’alcool. Oui mais lequel ? La réponse dans la grande distribution belge.

Pour bien confiner, les Belges ont privilégié dans un premier temps plusieurs produits, parmi lesquels les rouleaux de papier toilette, les pâtes, la farine et l’eau... Oui, l’eau, l’or bleu. Une surprise pour ceux qui s’attendaient à une explosion des ventes d’alcool pour compenser la fermeture du secteur Horeca. Mais le constat est là, plus ou moins le même, d’un supermarché à l’autre. Les boissons alcoolisées sont actuellement boudées des confinés.

Quel est le constat dans les différentes enseignes ?

  • Chez Carrefour :

La porte-parole Ariane Goossens explique que depuis le début de la crise, une augmentation du panier moyen d’achat a été constatée par rapport à la même période l’année dernière. " Mais cette croissance se remarque de façon beaucoup moins forte pour les vins et spiritueux. En effet, quand on dresse une liste de l’évolution des ventes par catégorie de produits, les différents types de boissons alcoolisées sont en fait en bas de la liste. Il est même intéressant de noter que les boissons " ready-to-drink " (boissons alcoolisées déjà mélangées) et les vins effervescents sont deux produits qui connaissent même une baisse des ventes ".

  • Chez Delhaize :

La demande en cubis a augmenté de 20%. Un chiffre important et c’est le seul qui sera communiqué. Côté bulles, on sait juste qu’il n’y a pas de progression comme le précise la porte-parole Karima Ghozzi. " Cela laisse supposer que les gens ne sont pas dans un mode festif. Pour ce qui est des vins, nous voyons un déplacement de la consommation ontrade (horeca) vers le offtrade (commerces). Cette semaine, par exemple, nous nous attendons à une grosse demande pour les bordeaux, chablis et sancerres, étant donné qu’ils sont habituellement très prisés à Pâques ".

  • Chez Aldi

On n’a pas non plus souhaité donner de chiffres précis sur ses ventes. Le message du porte-parole Didier Snoeck est en effet laconique et vague : " Il y a une augmentation pour les vins, bourbons et whisky ".

  • Chez Colruyt

Une tendance qui s’oppose à celle constatée chez Colruyt. Là, les vins et pétillants, les bières mais aussi les boissons fortes sont à la baisse. Mais c’est évidemment à relativiser, ajoute la porte-parole Nathalie Roisin, puisque "le confinement implique l’annulation de toutes les fêtes familiales (communions, repas de Pâques, etc) dans les cercles d’amis (premiers barbecues) et les organisations (sportives…). Par contre, la vente de partybox (cubis) est en augmentation ". Pour l’expliquer, il y a plusieurs pistes… D’une part, vins et cubis reviennent moins cher que trois bouteilles. D’autre part, " le fait que l’on consomme tout à la maison et que l’on se rende moins souvent au magasin fait qu’on achète en plus grande quantité. Résultat des courses, les ventes d’alcool sont stables ".

Pour rappel, la consommation régulière d’alcool est dangereuse pour la santé. La modération est de mise, y compris après la période de confinement.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK