Le cauchemar du télétravail... quand la connexion fait défaut !

Depuis plusieurs mois, plusieurs habitants de Somme-Leuze se plaignent de problèmes liés à leurs télécoms. Connexion internet trop lente, impossible d’avoir la télévision en HD, réseau GSM approximatif. Pourtant, leurs contrats avec leurs opérateurs sont supposés couvrir leurs besoins.

Au moment où beaucoup d’entre eux sont forcés au télétravail, les habitants s’impatientent et lancent une pétition pour faire bouger Proximus, principal opérateur concerné (mais pas le seul) et responsable des infrastructures réseaux.

Un ras-le-bol généralisé

La pétition lancée par une habitante a été co-signée par 150 personnes, 150 " habitants de Somme-Leuze en colère ".

Séverine, qui a créé la pétition écrit : " En effet, plusieurs personnes sont en télétravail et on énormément de difficultés pour travailler. Par exemple, en ce qui me concerne, j'ai un réseau atroce, beaucoup de difficultés pour me joindre ou moi-même joindre quelqu'un, je dois me coller à ma fenêtre pour avoir une conversation. (…) Dans la logique nous devrions avoir, par exemple, un minimum de 20mbps et nous sommes à 4,3mbps.... Inadmissible ! Alors on nous vend des boosters qui ne servent strictement à rien ! "

Elle n’est pas la seule, Mady explique que ses problèmes chez un autre opérateur : Orange. J'ai mis fin à la domiciliation pour pouvoir contester les factures avant de les payer et je n'utilise plus le téléphone fixe sinon les factures sont bien plus élevées. En ce qui concerne le GSM chez Orange, ils ont été très corrects en me proposant un booster gratuitement mais ce booster entre en conflit avec le modem de chez Télésat. J'avoue que je n'ai pas téléphoné chez Télésat pour régler ce souci parce que j'en ai ras le bol de devoir me battre pour ça. Pour le GSM, je paye 55 euros chez orange pour trois GSM. Je pourrais payer moins si j'avais accès au pack love. "

Nous nous sommes rendus chez une habitante de Somme-Leuze, Stéphanie, cliente chez Proximus. Elle paye 140€ par mois pour un accès à internet, une ligne fixe, 2 décodeurs pour la télévision et 2 GSM. Et aucun de ces services ne fonctionne correctement à 100%. Impossible d’avoir les chaînes en HD sur ma TV, je dois me coller à ma fenêtre pour parler avec quelqu’un via GSM et ma connexion est extrêmement lente. " Pour constater cette lenteur, nous avons fait un speedtest en connectant un ordinateur avec un câble RJ45 (ethernet) directement sur la box Proximus. Résultat : 8mbps en descendant. Autrement dit une connexion très lente.

Stéphanie qui est indépendante rencontre aujourd’hui sa clientèle par vidéoconférence mais ne parvient pas à travailler correctement : " Je dois m’installer dans ma buanderie, à moins d’un mètre de ma box, pour réussir à garder une connexion plus ou moins stable. Mais même comme ça, mes vidéoconférences plantent régulièrement et certains de mes clients ou potentiels clients perdent patience, ça risque de devenir un danger pour mon activité. "

Proximus répond

La couverture médiatique et le nombre de participants n’ont pas échappé ou radar de Proximus qui a répondu à l’empressement des plaignants : " Le hasard du calendrier a voulu qu’au moment où la pétition a été lancée, un projet pour offrir de la connectivité a été accepté pour la commune de Somme-Leuze. On travaille en concertation avec la bourgmestre pour combiner ça avec d’autres chantiers et normalement, d’ici le printemps, la situation devrait nettement s’améliorer. " Déclare Haroun Fenaux, porte-parole de Proximus.

Aujourd’hui l’opérateur travaille encore sur le déploiement de son réseau avec un chantier colossal étalé sur 8 ans On parle d’un investissement de 5 milliards d’euros pour une accélération et le but, c’est que la fibre soit connectée directement à 70% des foyers de Belgique d’ici à cette échéance de 8 ans. " Pour les 30% restant, un rapprochement de la fibre devrait permettre à ceux qui n’auront pas directement la fibre de quand même bénéficier d’une meilleure connexion grâce à son rapprochement géographique.

Attention cependant que les grandes villes sont les premières concernées par ces chantiers. Pour les endroits plus isolés et les petits hameaux de notre plat pays, il faudra être plus patient.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK