Le câlin, excellent remède anti-déprime

Lundi prochain, c’est la journée internationale des câlins! Pourquoi une journée internationale des câlins le 21 janvier? Parce qu’à cette période il fait gris, il fait froid (du moins dans l’hémisphère nord) et les gens ont tendance à être plus déprimés. Or le câlin, c’est le remède anti-déprime par excellence! 

Le câlin, bénéfique pour celui qui donne et celui qui reçoit

Le câlin n'est pas seulement bon pour le moral. C’est bon pour la santé! Faire un câlin à un proche, le serrer dans ses bras, c’est bénéfique pour celui qui reçoit le câlin comme pour celui qui le donne. On parle même de calinothérapie! Le câlin, ça permettrait : 

  • de réduire les syndromes de stress et d'anxiété (ça détend)
  • d’améliorer la confiance en soi
  • d’aider à relâcher les muscles
  • de renforcer le système immunitaire. On tombe moins malade quand on est câliné (de nombreux scientifiques s'accordent là-dessus)
  • de mettre de bonne humeur

En fait en profitant d’un câlin, le corps libère de l’ocytocine, l’hormone de l’attachement, tout à fait à l’opposé des hormones du stress. Résultat, quand on va mal, un câlin apaise immédiatement. Pour profiter de ses bienfaits il faut que le câlin dure au moins vingt secondes. Or en général on ne se sert dans les bras que trois ou quatre secondes, il faut donc multiplier les câlins : l’idéal étant au moins cinq câlins par jour.

Un renvoi aux câlins originels

Ceux qui travaillent avec des bébés et plus encore, des prématurés, savent à quel point le câlin est essentiel à leur bon développement. D’où l’importance du peau à peau avec un nouveau-né. C’est plus compliqué de faire du peau à peau avec tous les adultes qu’on rencontre. Mais serrer de temps en temps dans ses bras un proche, ça fait du bien. D’ailleurs, l’apaisement procuré par le câlin viendrait aussi du fait que ça renvoie aux câlins originels, ceux de notre petite enfance, qui nous permettaient de nous sentir en sécurité.

Et si on n'a personne à qui faire des câlins, il y a les fameux free hugs (des câlins gratuits dans la rue). Il y a aussi des bars à câlins nés au Japon il y a quelques années. Là ce sont des câlins à la carte, ça va de l’accolade de quelques minutes à une sieste contre une autre personne. Le tout rémunéré évidemment (de quelques dizaines d’euros à beaucoup plus). Ou encore des ateliers de câlins. Là ce sont des animateurs qui proposent des séances de câlins en groupe. En tout bien tout honneur évidemment. C’est une fois de plus payant (tarif : 30 euros/atelier).

Des gadgets comme substituts aux câlins

Il y a des gadgets aussi créés comme substituts aux câlins humains, les oreillers boyfriend par exemple. C’est un coussin avec un bras qui peut vous enlacer pour faire dodo. Dans le même genre il y a la chaise à câlins. Baptisée "chaise de tranquillité" elle s’adresse avant tout à des personnes plus âgées et seules. En plus des bras qui câlinent, elle peut vous parler, vous rappeler de prendre des médicaments et même jouer de la musique. On fait même des nounours géants pour les adultes en manque de doudou. L’idée c’est une fois de plus de se blottir tout contre la peluche.

Et comme caresser un animal de compagnie, chien ou chat, procure également un apaisement, il y a un robot corps de chat qui fait fureur. Corps de chat, car il n’y a pas de tête et pas de pattes. C’est une sorte de coussin poilu avec une queue de chat qui remue. Ce robot chat s’appelle Qoobo. Le but des concepteurs était de reproduire non pas l’apparence du chat mais les sensations qu’il procure au niveau du poids, du toucher, de la taille, pour justement apaiser ceux qui le câlinent. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK