Le business du maillot de foot "porté"

Quel supporter n’a pas rêvé de posséder le maillot de foot de son joueur préféré ? On en trouve des centaines sur des sites de vente en ligne. Combien valent-ils et comment être certain qu’ils sont imbibés de la sueur des stars du ballon rond ? 

Est-ce un bon investissement voire même un placement sur le long terme ? Pigeons enquête sur ce business gigantesque.

Pépite ?

Avant, pour se procurer la pépite, LE maillot porté par un joueur, il fallait aller en salle de vente ou côtoyer le petit monde du foot pour espérer en recevoir un ! Mais aujourd’hui, l’e-commerce a tout changé. On peut en dénicher sur beaucoup de sites en ligne. Un marché en plein essor où désormais certaines vareuses se vendent à prix d’or. Cela va de dizaines d’euros à des centaines de milliers d’euros !

On en trouve de deux sortes: des maillots "portés" lors des matchs ou des maillots "préparés". Ces derniers n’ont pas nécessairement été portés, mais sont identiques aux autres. Un maillot porté vaut 5 à 10 fois plus cher qu’un autre.

Le plus célèbre est celle du joueur brésilien Pelé qui a été vendu plus de 250.000 euros chez Christie’s à Londres en 2002. C’est la meilleure vente.

Cette pièce collector date du match de la coupe du monde en 1970 au Mexique.

Nous avons interviewé un expert en objets de collection

5 images
Jean-Marc Leynet, Expert Collection Sport : « Si ça a l’air trop beau pour être vrai, c’est que ça l’est probablement." © fws

Les maillots imbibés de sueur, au fil du temps, ont pris de la valeur, selon Jean-Marc Leynet, expert spécialisé en objets de collection de sport et plus spécialement du football. Il précise: "le maillot authentique, c’est un marché qui a démarré il y a environ une vingtaine d’années. Le prix des vareuses varie en fonction du joueur, du match et ensuite son ancienneté. "

Le maillot authentique, c’est un marché qui a démarré il y a environ une vingtaine d’années.

Aujourd’hui, les maillots les plus recherchés et chers sont ceux de Ronaldo et Maradona. On parle de centaine de milliers d’euros. Une vareuse de Messi porté en coupe du monde vaut plusieurs dizaines de milliers d’euros. En France, Zidane et Mbappé ont leur cote aussi qui monte.

Les maillots de joueurs belges ne sont pas encore très recherchés. Mais cela peut changer, car on n’est qu’au début de ce business qui est gigantesque.

" Les maillots de Eden Hazard valent environ 1000 euros si c’est un match à Lille, 2500 euros si c’est un match de Chelsea. Ceux de Romelu Lukaku commencent à prendre de la valeur.

On peut donc encore trouver aujourd’hui des maillots de joueurs de championnat de France ou de championnat de Belgique à quelques centaines d’euros et même des maillots portés.

Un marché qui est encore heureusement accessible à tous. Pour Jean-Marc Leynet, tous les maillots des joueurs sont recherchés même les moins connus. "On peut donc encore trouver aujourd’hui des maillots de joueurs de championnat de France ou de championnat de Belgique à quelques centaines d’euros et même des maillots portés. Mais avec la mondialisation, les demandes pour des maillots viennent de tous les continents et c’est en train d’évoluer. C’est un marché gigantesque avec de plus en plus de concurrence : avant pour un maillot, il y avait deux acheteurs. Aujourd’hui, ils sont des centaines et donc les prix montent."

Pépite ou arnaque ?

Comment savoir si c’est un vrai maillot qui a été porté ? Une pépite ou une arnaque ?

95% des maillots présentés sur eBay, en sont (des contrefaçons). Et certains maillots plus vrais que nature sont fabriqués de toutes pièces.

C’est cela mon challenge en tant qu’expert, explique Jean-Marc Leynet : "Vu les prix qui grimpent au fil du temps, cela amène des dérivesDepuis 1998, on a une surabondance de contrefaçons qu’on ne retrouve pas avant. 95% des maillots présentés sur eBay, en sont. Et certains maillots plus vrais que nature sont fabriqués de toutes pièces. Beaucoup de collectionneurs me demandent des certificats d’authenticité et souvent, sur cinq maillots que l’on me présente comme des vrais maillots portés, trois ne le sont pas .

Jean-Marc Leynet est donc très prudent parce qu’il a jà eu des boires. Il a jà fait des erreurs. "On essaie de retracer toute l’histoire du maillot et ce n’est pas évident. C’est compliqué aussi de savoir si le maillot a été "porté" pendant le match ou si c’est un maillot officiel "préparé" qui est resté dans le sac."

Il y a une grande différence : un maillot porté vaut 5 à 10 fois plus qu’un maillot qui n’a pas été porté.

Et il n’y a aucun contrôle officiel, ce que déplore Jean-Marc Leynet : " Rien n’est indiqué sur la vareuse sur son origine, son propriétaire, le match joué. Nous aimerions que cela se fasse comme pour les maillots de joueurs de basket aux U.S.A., qui ont des codes-barres où sont compilées toutes les informations. On a déjà demandé cela aux clubs de foot, mais cela ne semble pas les intéresser. C’est dommage, car je considère qu’à partir du moment où ce sont eux qui donnent du rêve, ils doivent aller jusqu’au bout."

Bon investissement ?

Jean-Marc Leynet côtoie beaucoup de collectionneurs : "Ce sont des passionnés et donc, le maillot de foot est plus un objet sentimental qu’un investissement. Maintenant, il existe des collectionneurs qui achètent des pièces aujourd’hui pour les revendre dans deux ans. Ce qu’il va leur permettre d'acheter un autre pour sa collection.

Ce sont des passionnés et donc, le maillot de foot est plus un objet sentimental qu’un investissement.

"Mais quant à faire de la spéculation, non, ce n’est pas possible. Si vous achetez un maillot d’un grand joueur, à 15.000 € pour essayer de le revendre… Je pense qu’il faut attendre longtemps avant qu’il ne prenne de la valeur."

Et pour faire de la spéculation ? Non. il y a un risque.

Il faut acheter des grands noms, des très grands joueurs et là, ce sont des prix très importants. Aujourd’hui, il n’y a pas de valeur sûre sur le marché du maillot."

Un site de vente en ligne

5 images
Damien Eck vend une cinquantaine de vareuses par semaine © fws

Damien Eck a créé son site de vente de maillots de football en ligne en 2019. Comment ce projet a-t-il débuté ?

Je portais un maillot vintage de l’équipe de France lors de la coupe du monde et beaucoup de personnes me demandaient où je l’avais trouvé .

Il se rappelle: "L’idée m’est venue, car, en 2016, je portais un maillot vintage de l’équipe de France lors de la coupe du monde et beaucoup de personnes me demandaient où je l’avais trouvé et de fil en aiguille, j’ai monté mon site de vente."

Aujourd’hui, son site propose 500 modèles, dont 80% sont des maillots boutiques qui coûtent quelques dizaines d’euros et 20% des maillots portés lors d’un match, comptez quelques centaines d’euros. 

Où Damien se procure-t-il les maillots pour son site ?

Damien cherche dans les friperies, sur certains sites comme Vinted et des amis cherchent pour lui en Italie.

On sent que c'est un marché porteur.

Il les achète des dizaines d'euros en général. Les maillots boutiques sont vendus environ 100 euros et les portés beaucoup plus. Il a de plus en plus de clients. il vend une cinquantaine de vareuses par semaine. "On sent que c'est un marché porteur", conclut-il.

Damien Eck est un collectionneur passionné.

"J'ai acheté le célèbre maillot numéro 10 de Maradona à un collectionneur 3000 euros et il vaut, je pense, entre 7 et 8000 euros.

"C’est vrai que ça peut-être beaucoup, mais pour le maillot de Diego Maradona , c’est très correct."

C'est un investissement pour mes enfants.

"Si un jour je le vends, je ne perdrais pas d’argent. C'est un investissement pour mes enfants." 

Un commerce, autrefois réservé à une élite, qui a explosé sur le net et permis à tous d'acquérir un petit bout de rêve

Un marché gigantesque qui n'est encore qu'à ses balbutiements .
 


Retrouvez "On n'est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK