Lavage à froid: les promesses un peu exagérées d'Ariel

Les marques ont décidément l’art de surfer sur les thèmes à la mode. Aussi aujourd’hui, la plupart d’entre elles tentent de se la jouer écolo et de se racheter une conduite environnementale. De nombreuses marques de lessive font la promotion du lavage à froid. C’est tant mieux, car il est prouvé qu’une eau à 30 degrés consomme trois fois moins d’énergie qu’une eau à 90 degrés.

Mais à basse température, est-il possible de venir à bout de taches les plus tenaces ? Les industriels affirment avoir mis au point des détergents aussi efficaces à froid. Pour vous convaincre de réduire votre température de lavage, l’un d’eux, Ariel, avance des chiffres interpellants. Toutes ces promesses sont-elles crédibles ? Nous avons testé. 

4 images
© chaquedegrecompte.com

Des chiffres surestimés

Dans l’une de ses dernières campagnes publicitaires, Ariel assure que si tout le monde passait à la lessive à 30 degrés, cela permettrait d’économiser l’équivalent des émissions de 2 millions de voitures en Europe. C’est énorme.

D’où la marque sort-elle ce chiffre ? Est-ce possible ?

Nous avons posé la question à un expert. Jonas Moerman est conseiller énergie chez Ecoconso.

D’emblée, ce chiffre lui paraît exagéré. " Peut-être se sont-ils basés sur d’anciennes machines à lessiver, plus gourmandes en énergie, mais si on s’en réfère aux modèles de dernières générations, ce ratio d’économie sur 2 millions de véhicule me paraît surestimé. "

Il ne faudrait pas que cette réduction de température soit compensée par une quantité plus grande de détergent.

Certes, la marque a peut-être avancé des chiffres exagérés pour marquer les esprits, mais pour Jonas Moerman, l’essentiel, c’est le message de fond. " Il est vrai que lorsque l’on avance des chiffres, il vaut toujours mieux dire d’où on les sort, sur base de quelle étude, mais ce qu’il faut surtout en retenir, c’est que réduire la température de lavage permet effectivement de faire de substantielles économies d’énergie et donc de réduire les émissions de CO2. "

Mais notre expert met en garde : " Il ne faudrait pas que cette réduction de température soit compensée par une quantité plus grande de détergent. Cela ne sert à rien et surtout cela occasionnerait un autre type de pollution, sur les eaux usées. "

 

Une efficacité relative

Passons maintenant à l’efficacité du détergent à 30 degrés. Pour tester, nous avons mis la marque à rude épreuve.

Nous avons taché un polo blanc à l’aide de choco et de ketchup et nous n’y sommes pas allés avec le dos de la cuillère. Autant dire que notre polo était maculé de taches à priori indélébiles.

Nous l’avons ensuite passé à la machine à 30 degrés avec Ariel Pod.

Résultat : notre polo n’est pas ressorti complètement immaculé. Il restait çà et là des auréoles bien visibles de ketchup. Mais, avouons-le, le plus gros des taches avait disparu. A si basse température, le résultat est donc mitigé. On ne s’attendait pas à ce que notre polo ressorte aussi propre, mais quand même importable en raison des auréoles.

Moralité : les promesses de la marque sont légèrement exagérées.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK