"La voyageuse": le site des globe-trotteuses en solo

" Femme, le monde est à vous ". Voilà la promesse de La Voyageuse, une plate-forme en ligne qui met en relation des femmes qui souhaitent voyager en solo et des hébergeuses qui ont envie de les accueillir. Histoire d’oser franchir le pas en toute sécurité.

Descendre le Canal du Midi, passer un week-end à Bruges, s’envoler pour les grands espaces canadiens... Ce ne sont pas les envies qui manquent mais quand est une femme et qui plus est, en solo, une petite voix tempère rapidement l’enthousiasme : où vais-je me loger ? Avec qui manger ? Est-ce vraiment sans danger ? Personne pour partager ?... Et souvent, le voyage s’arrête là.

Pourtant, depuis un an, La Voyageuse propose une alternative aux femmes seules - ou avec des enfants de moins de 12 ans - qui ont envie de voyager mais qui n’osent pas franchir le pas. Cette plate-forme en ligne met en relation des hébergeuses et des voyageuses avec une philosophie très différente de celle d’Airbnb.


►►► À lire aussi : Vous dormiez avec " Airbnb ", et bien amusez-vous maintenant !


Pas question ici de louer un bel appart avec vue et de poser ses bagages moyennant finances. L’esprit de La Voyageuse, c’est d’abord celui d’une rencontre et d’un moment de partage.

Publiée par La Voyageuse sur Lundi 15 juin 2020

Ni airbandb, ni couchsurfing

Imaginez : vous passeriez bien un week-end à Lille. En sélectionnez cette destination sur le site, vous avez accès à différents profils : des hébergeuses , dont vous voyez la photo et qui se présentent en quelques mots : Fanny est professeur de yoga et adore les voyages tandis que Virginie vit seule avec deux ados et place la bienveillance au centre de son accueil. Pas de photo du lieu par contre mais un échange préalable possible pour faire brièvement connaissance et s’accorder sur les attentes respectives.

Rien de nouveau sous le soleil ? On dirait du couchsurfing ? Pas tout-à-fait, car ici, la notion de sécurité est centrale et les profils des hébergeuses sont vérifiés, à la fois via leurs pièces d’identité et au moyen d’un entretien téléphonique préalable. On évite ainsi les faux profils ou les personnes mal intentionnées. D’ailleurs, les hébergeuses ne sont pas rémunérées. Elles mettent leur logement à disposition par goût de la rencontre bien sûr mais aussi pour permettre aux femmes de s’émanciper en prenant la route et en vivant cette expérience unique.

A Bruxelles, Zoé a été une des premières à se lancer : " Je suis moi-même une voyageuse et je sais combien le sentiment de sécurité participe à la réussite d'un voyage; j'ai donc eu envie de proposer à des femmes de passage un lieu où se poser brièvement et en confiance. Même si personnellement je n'ai jamais eu de souci, je sais que certaines propositions à priori alléchantes peuvent se transformer en plan de rencontre involontaire."  Zoé n'a pas de chambre séparée et elle déplie donc un futon dans le salon quand elle reçoit des hôtes. La lyonnaise de passage qui a profité de son hébergement était au courant : " On a échangé par e-mail avant son arrivée ; je savais qu'elle venait pour raisons professionnelles, du coup, après sa journée de travail, on a dîné ensemble, fait connaissance et le lendemain, elle était repartie." Un bref moment de convivialité avant que chacune ne reprenne ses activités.

2 images
© Tous droits réservés

L'aventure démarre désormais au coin de la rue

Si les hébergeuses ouvrent gracieusement leurs portes. Pour avoir accès aux destinations et au carnet d’adresses, les voyageuses, elles, doivent s’acquitter d’un pass : 49 euros pour 3 mois, 119 pour un an. Soucieux de soutenir les femmes dans une démarche d'émancipation, le site offre la gratuité temporaire aux femmes victimes de violence.

A ce jour, le réseau compte environ 400 hébergeuses réparties principalement en France, en Belgique, au Canada aussi, des destinations francophones principalement.

Le Covid est passé par là freinant d'emblée le développement à l’international mais ce n’est que partie remise. En attendant, les comportements touristiques se sont modifiés et les découvertes se font désormais à proximité de chez soi… Voilà qui devrait inciter les indécises à sauter le pas !

La plate-forme a évidemment suspendu ses services à cause des nouvelles mesures mais ce n'est que temporaire. A suivre de près par toutes celles qui rêvent de s'évader dès que le confinement sera levé...

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK