La trappiste Westvleteren: une bière hors de prix ?

Il y a quelques mois, on parlait de l'Orval, de sa rareté et de son prix. Il existe une autre bière belge qui bat des records dans le genre : c’est la Westvleteren. 

La Westvleteren, comme l'Orval, est une bière trappiste. Pour qu'une bière soit considérée comme trappiste, elle doit respecter trois conditions : être brassée au sein d'une abbaye de l'ordre cistercien de la stricte observance (règle de Saint Benoît), par les moines (ou au moins sous la supervision de ceux-ci) et, enfin, les bénéfices doivent être utilisés pour l'entretien du monastère ainsi que pour des œuvres caritatives ou sociales.

La Westvleteren est brassée par les moines eux-mêmes à l'Abbaye de Saint-Sixtus, en Flandre occidentale. Celle-ci produit trois bières : la 6 (la blonde), 8 et 12. La 12, avec 10,2% d'alcool, est clairement la plus connue et la plus appréciée. Pour l'acheter, il faut normalement se rendre sur place.

Devant l'abbaye, les voitures font la file. Chaque acheteur a du réserver au préalable sa commande : pas plus de 48 bouteilles par voiture. Pour acheter de la Westvleteren, on vient parfois de très loin.

A la source, la trappiste 12 revient à 1,75 euros la bouteille. Sans réservation, il est impossible d'acheter de la bière. A l'abbaye, on nous donne quand même ce bon plan : se rendre dans un café-restaurant situé à 100 mètres de là, endroit où l'on peut aussi acheter de la bière à emporter. Le prix, toujours pour la 12, est alors de 3,75 euros la bouteille. A consommer sur place, pour la même bière, il faut débourser 5,10 euros.

Sur une centaine de mètres, la bière a donc déjà pris de la valeur mais les consommateurs sont fidèles. Certains viennent très régulièrement pour déguster leur bière préférée et ils sont prêts à mettre le prix.

Mais pourquoi la Westvleteren est-elle si appréciée ? La 12 a été élue plusieurs fois meilleure bière du monde, depuis 2005 sur le site ratebeer.com. Cela donne forcément l'envie aux amateurs de la goûter. Sa rareté en fait aussi un produit attirant et recherché.

Les moines ne produisent pas plus de bière parce qu'ils calquent leur vie monastique au rythme du travail et de la prière. La fabrication de la bière n'est donc qu'une partie de leur activité. Les moines de Sint-Sixtus ont choisi de produire peu par rapport à d'autres abbayes parce qu'ils n'estiment pas avoir besoin de plus. 

Jérôme Goffinet, porte-parole de l'AIT (Association internationale trappiste), nous a expliqué que chaque abbaye est libre de définir les quantités qu'elle souhaite produire en fonction de ses besoins, en fonction de ses moyens humains et en fonction de son implication dans la vie de sa région ou dans des œuvres caritatives.

Jusqu'à 15 euros la bouteille 

Pour la Westvleteren, produite en très petite quantité, il n'existe pas de canal de distribution. En théorie, la bière achetée à l'abbaye ne peut pas être revendue. Dans la pratique, il en va autrement. Dans certaines commerces, on peut la trouver à un prix exorbitant. On peut trouver de la Westvleteren mais à un prix très élevé. Dans un bar de Bruxelles, on peut la boire pour 12 euros.

Dans un cet autre café de la capitale, la Westvleteren est vendue à 15 euros. Pour la tenancière de l'établissement, elle va encore prendre de la valeur avec le temps : sa production est très limitée et ce qui est rare est très cher. 

Chez un brasseur de la région namuroise, on peut trouver toutes les trappistes. Seule une manque à l'appel : la Westvleteren. Pour s'en procurer, il faut passer par des intermédiaires et cela devient cher pour le client. "La bière est de très bonne qualité mais à 15 euros, son prix est surfait", précise le brasseur. 

Le magasin contient plus de 900 bières différentes. Des bières dont le prix varie entre 2 et 2,50 euros, de quoi se faire plaisir avec modération, sans pour autant devoir dépenser 15 euros pour "la meilleure bière au monde".

Il faut préciser que quand vous achetez votre Westvleteren à 15 euros, cet argent ne va pas dans les caisses de l’abbaye.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK